Pro-migrante et voilée, Jasmine Ouirhane est désignée « jeune européenne de l’année 2019 »



Une Europe nouvelle émerge et Sciences-Po Bordeaux dont Yasmine O Jay – de son vrai nom Yasmine Ouirhane – est étudiante binationale franco-italienne s’en félicite (1).

Brandissant fièrement un drapeau de l’Union européenne (UE) devant ce qui semble être un monument romain à l’occasion d’une « marche pour l’Europe » en 2017, Mme Ouirhane porte également un voile islamique jaune d’une couleur identique aux étoiles du drapeau sur la photo qui la désigne « jeune européenne de l’année 2019 ».

Dans un message posté sur Facebook, Yasmine Ouirhane exprime sa joie d’avoir reçu ce prix du Parlement européen et de la fondation Schwarzkopf-Stiftung pour la jeunesse européenne (2).

« Nous avons gagné ce prix collectivement : pour les jeunes femmes, pour les filles d’immigrés, pour l’Europe, pour l’unité dans la diversité, pour le changement, la tolérance, le respect de l’autre, pour la paix, » écrit la jeune étudiante qui ajoute que « nous sommes aussi des Européens, aujourd’hui plus que jamais. »

Sur le fil Twitter de Sciences-Po Bordeaux, le premier commentaire indique « j’en connais qui rage (sic) déjà » comme si l’on pensait que la photo allait susciter quelque polémique.

Notes

(1)

(2)

Laurent Wauquiez dénonce « les incantations verbeuses » d’Emmanuel Macron sur l’Europe



Le macronisme, ce sont « des incantations verbeuses suivies d’actes insuffisants, » résumait récemment le président des Républicains (LR) Laurent Wauquiez.

Suite à la publication d’une lettre dans les 28 pays membres de l’Union européenne (UE) et appelant à sauver cette dernière du « nationalisme », Emmanuel Macron est notamment critiqué pour son appel à l’action non suivi d’effets ainsi que pour son « aveuglement » sur des problématiques autres que « l’extrême droite » et qui sont au fondement de la fragilisation de l’UE.

Ainsi, « Emmanuel Macron parle de protéger notre continent. Et il ne dit rien sur l‘immigration massive ? Rien sur l’islamisme ? » demande Laurent Wauquiez (1), assénant ensuite que « comme toujours, on parle, on cache les sujets difficiles et rien ne change… »

Dès lors, le président de la région Auvergne Rhône-Alpes dont le travail à la tête de LR commence à porter ses fruits appelle à concrétiser les paroles par des actes comme avec « l’arrêt de l’élargissement » et la « reprise du contrôle de nos frontières ».

Notes

(1)

Bientôt 197 députés européens « d’extrême droite, eurosceptiques » ? s’inquiète l’Alliance Centriste



Parti allié à la majorité présidentielle d’Emmanuel Macron, l’Alliance Centriste par la voix de sa première vice-présidente Manon Laporte écrit dans une tribune (1) que « les principaux ennemis de la démocratie et des droits fondamentaux progressent de façon masquée, à travers les institutions qu’ils souhaitent subvertir. »

Reprenant ainsi le thème du « danger » contre lequel Emmanuel Macron plaide « une renaissance européenne » dans une lettre (2) adressée aux citoyens européens des 28 pays membres de l’Union européenne (UE), la conseillère régionale d’Ile-de-France et avocate fiscaliste se demande si « l’Europe est armée pour défendre l’Etat de droit » et si elle dispose « des outils efficaces en cas de manquements à ses valeurs ».

En effet, plaide-t-elle avec les députés Olivier Damaisin, Philippe Folliot et Christophe Blanchet, les « eurosceptiques » pourraient constituer un groupe uni au Parlement européen, fort de 132 élus « d’extrême droite » et de 65 députés supplémentaires issus « d’autres mouvements eurosceptiques » pour un total de 197 députés sur 705 « hostiles à la construction européenne » selon les dernières projections (27,9%).

Considérant « inefficace » le dispositif actuel sanctionnant le risque de violation ou la violation « des valeurs de l’UE », Manon Laporte insiste sur deux armes budgétaires que sont la suspension du versement des fonds européens et le soutien financier aux ONGs. Associant « recul de la démocratie » avec « recul des libertés », l’élue centriste souligne à l’instar d’Emmanuel Macron que « l’avenir de l’Union et le renforcement de l’identité européenne, dans la paix et la prospérité, sera véritablement l’enjeu des prochaines élections ».

Notes

(1) Démocratie et État de droit en danger : que peut faire l’Union Européenne ?, Manon Laporte, Alliance Centriste, 4 mars 2019.

(2) Pour une renaissance européenne, Emmanuel Macron, Elysée, 4 mars 2019.