Comme En Marche, Le Politique est la cible de tentatives d’intrusion informatique



En Marche (EM) a rappelé ce matin être la cible de cyber-attaques menées par un groupe de pirates informatiques présumés russes.

Malheureusement, En Marche (EM) n’est pas une exception dans le paysage politique français puisque d’autres sites internet à l’instar de Le Politique sont également la cible de tentatives d’intrusion similaires dites de phishing notamment à travers la réception d’e-mails, notamment envoyés par un soi-disant photographe bordelais.

Le Politique condamne sans réserve ce type de procédés et rappelle que la sécurité extérieure de son site internet a été récemment renforcée. De même que Le Politique condamne absolument les tentatives d’intrusion relatives à En Marche et exprime à cette occasion sa solidarité avec En Marche dans l’épreuve de cette adversité informatique commune.

Le Politique remercie les autorités publiques de bien vouloir prendre les mesures adéquates afin de traiter cette menace informatique avec célérité. Rien ni personne ne doit entraver le bon déroulement démocratique de l’élection présidentielle 2017.

L’électeur, vraie inconnue de l’équation politique



Sur les marchés financiers comme en politique, l’incertitude est le facteur le plus redouté et le plus déstabilisateur. Alors que l’environnement international se complexifie et que les tensions s’accroissent, l’électorat – le citoyen – devient un paramètre de plus en plus difficile à évaluer.

Proportionnellement à l’importance prise par les réseaux sociaux et l’internet dans sa démarche d’information, l’électorat semble de plus en plus imperméable à la narration officielle, augmentant d’autant son imprévisibilité et renforçant sa défiance envers les médias traditionnels. A force peut-être de diffuser une représentation approximative du réel, ces derniers ne sont peut-être plus eux-mêmes capables de comprendre le réel tant ils s’en seraient éloignés. Privés de la confiance du citoyen, ils ne sont plus guère en mesure d’en obtenir une information fiable.

A l’image du « Brexit » au Royaume-Uni, du referendum contre l’accord de paix avec les FARC en Colombie, de la mobilisation populaire contre l’installation de « migrants » en Europe ou de la croissance rapide d’une offre politique « anti-système », l’électorat – le citoyen – est de plus en plus l’inconnue majeure du « risque politique. »

Plus le « système » favorise un choix plus qu’un autre, plus l’électorat est tenté par un choix opposé. De ce point de vue, le « Brexit » est un cas d’école dont les enseignements ne seront connus qu’à long terme mais dont on peut déjà extraire une donnée fondamentale à savoir qu’à partir d’un certain niveau d’exercice de puissance, le « système » produit des effets inverses à ceux qu’il recherche.