Divorce entre le Pape François et les Catholiques d’Europe sur les migrants ?



La concorde avec l’Islam et l’accueil des migrants sont manifestement les priorités du Pape François qui s’affiche depuis son élection comme le plus « progressiste » des successeurs de Saint-Pierre. Au point que cela suscite une amère mésentente voire même un divorce avec de nombreux Catholiques qui se disent de moins en moins en phase avec les exhortations d’un Pape adulé par les médias mais moins apprécié par ses fidèles, notamment en Europe.

La cause principale ? La crise migratoire qui a ouvert les portes du continent à des millions de migrants, très majoritairement des hommes jeunes selon l’ONU et en provenance du Moyen-Orient, du Maghreb et d’Afrique. Face à cet afflux, les mouvements dits « populistes » ou « d’extrême droite » réussiraient peu à peu à convaincre des Catholiques de voter en leur faveur, eux qui sont souvent « de droite » mais généralement très opposés à tout extrémisme.

A cette croissance politique de ces « réseaux qui veulent les opposer à d’autres jeunes qui arrivent dans leurs pays, suscitent des alarmes et des peurs, » le Pape appelle les Catholiques « qui rejettent l’immigration » à plus de cohérence et à lire l’Evangile.

Sur les réseaux sociaux, la réponse a été plutôt défavorable, certains rappelant au Pape qu’il ne subit « probablement pas les effets de l’immigration de masse depuis le Vatican » et que réduire l’angoisse de voir des migrants propager un Islam fondamentaliste en Europe à « une mentalité xénophobe, de fermeture et de repli sur soi » revient à « être coupé de la réalité ».

Entre le spirituel et le temporel, entre les cieux et la Terre, entre l’Evangile et le réel, le Pape et les Catholiques d’Europe paraissent de plus en plus divisés, ces derniers s’étonnant par exemple que Rome n’ait guère à dire sur la multiplication vertigineuse des profanations d’Eglises notamment en France où le silence du gouvernement suscite un sentiment d’injustice.

Le député LREM Aurélien Taché compare voile islamique et serre-tête « catholique »



Comparaison n’est pas raison, pourrait apprendre le député La République en Marche (LREM) du Val d’Oise Aurélien Taché qui, invité à s’exprimer sur France 5 aux côtés de l’ancienne journaliste de Charlie Hebdo Zineb El Rhazoui, s’est lancé dans une réflexion polémique.

« Vous me posez cette question pour une jeune fille de 12 ans qui porterait le voile et donc qui serait élevée dans une famille musulmane, est-ce que vous me poserez la question sur une famille catholique et une jeune fille à qui on met un serre-tête ? Bien sûr que non », s’est-il ainsi interrogé.

Une telle comparaison a aussitôt suscité une vive polémique sur internet et jusqu’au gouvernement où Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, l’a critiqué.

« Aurélien Taché est député de La République En Marche, il a le droit d’exprimer son opinion et sa ligne personnelle. Il faut cesser ce relativisme qui nous fait mettre sur le même plan des choses qui sont opposées. On voit bien avec cette allusion au serre-tête quelle catégorie de la population est visée (…) Aucune femme dans le monde sera lapidée parce qu’elle a refusé de porter un serre-tête, » a-t-elle déclaré.

Au cœur de l’Europe, les Chrétiens sont désormais des cibles



Les Chrétiens d’Orient sont les grands oubliés de la communauté internationale en dépit de l’activité associative pugnace qui les défend.

Manifestement moins « intéressants » pour nos dirigeants politiques que les « réfugiés syriens » qui ne fuient le plus souvent aucune guerre, ne viennent en majorité pas de Syrie du tout ni même du Levant, les Chrétiens d’Orient* sont discriminés, agressés voire sommairement assassinés dans une indifférence qui fait honte à « la lutte » si médiatisée et si partiale en faveur « des droits de l’Homme ».

Ceci étant dit, le phénomène anti-Chrétien, par nature profondément inquiétant puisqu’il attaque une foi dont on ne peut nier son message de paix et d’amour puisqu’elle va jusqu’à tendre l’autre joue, ne se limite plus à quelques lointaines contrées où l’on oublie sciemment que les Chrétiens d’Orient y étaient chez eux des siècles et des siècles avant ceux qui les remplacent et arguent que leur terre est d’un autre « royaume ».

Rappelons le martyr du père Jacques Hamel qui fut à la fois le paroxysme et le point de départ d’une vague inédite d’actes anti-Chrétiens en Europe. Depuis, après les mines de circonstance des responsables politiques, les pouvoirs publics n’ont toujours pris aucune mesure énergique – et surtout aussi énergique que pour d’autres – en vue de protéger la Chrétienté, ses ouailles, ses prêtres et ses lieux de culte.

Que l’on soit croyant ou non, qui ne constate pas combien la Chrétienté a façonné l’Histoire, la culture et les arts européens ignore tout un pan si ce n’est le pan principal de la civilisation européenne. Que l’on soit croyant ou non, qui peut accepter que la Chrétienté soit régulièrement pillée et attaquée au mépris absolu de nos lois n’est pas véritablement Républicain et participe à la croissance des extrêmes.

Le cas de l’Allemagne est par exemple édifiant** si l’on se rappelle de l’attaque terroriste contre le marché de Noel à Berlin en décembre 2016 (1), l’attaque terroriste délibérément anti-Chrétienne commise par un « réfugié » palestinien à Hambourg en juillet 2017 (2) ou encore l’assassinat d’un prêtre francophone originaire du Congo à Berlin en février 2018 (3).

A ceci s’ajoutent les provocations d’appels au « djihad » par quelques « déséquilibrés » en pleine messe, le vol et même le saccage régulier des Eglises (4) dans le silence assourdissant d’une Papauté aveugle et sourde et de gouvernements européens totalement indifférents. Dans ce contexte*** qui aurait paru inconcevable une décennie auparavant, peut-on se demander si les « prochains » Chrétiens d’Orient ne sont pas déjà les Chrétiens d’Europe.

Le réveil des consciences, s’il a un jour lieu, risque d’être terrible. Tout ceci doit donc cesser immédiatement et aucune « tolérance » ne saurait justifier plus longtemps de tels crimes contre l’Humanité.

Lisez aussi : Injuste polémique sur Edouard Philippe et les Chrétiens d’Orient ?

* Ceci est également vrai pour les Chrétiens d’Afrique, cible d’exactions abominables et de plus en plus régulières.

** L’évolution extrêmement rapide du contexte en Allemagne est inquiétante. En seulement dix ans, est-on passé d’aucun acte anti-Chrétien à plusieurs centaines par an.

*** En avance des critiques que suscitera cet article, il n’est aucunement besoin d’être croyant ni même Chrétien soi-même pour s’attrister et s’insurger d’un tel contexte.

(1) Attentat de Berlin au camion-bélier sur le marché de Noël, L’Express, 19 décembre 2016.

(2) German court convicts man of anti-Christian stabbing spree, Fox News, 2 mars 2018.

(3) Allemagne: meurtre d’un prêtre francophone originaire du Congo, BTMTV, 23 février 2018.

(4) Vidéo du quotidien italien Il Messagerio :