Le député LREM Aurélien Taché compare voile islamique et serre-tête « catholique »



Comparaison n’est pas raison, pourrait apprendre le député La République en Marche (LREM) du Val d’Oise Aurélien Taché qui, invité à s’exprimer sur France 5 aux côtés de l’ancienne journaliste de Charlie Hebdo Zineb El Rhazoui, s’est lancé dans une réflexion polémique.

« Vous me posez cette question pour une jeune fille de 12 ans qui porterait le voile et donc qui serait élevée dans une famille musulmane, est-ce que vous me poserez la question sur une famille catholique et une jeune fille à qui on met un serre-tête ? Bien sûr que non », s’est-il ainsi interrogé.

Une telle comparaison a aussitôt suscité une vive polémique sur internet et jusqu’au gouvernement où Marlène Schiappa, Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, l’a critiqué.

« Aurélien Taché est député de La République En Marche, il a le droit d’exprimer son opinion et sa ligne personnelle. Il faut cesser ce relativisme qui nous fait mettre sur le même plan des choses qui sont opposées. On voit bien avec cette allusion au serre-tête quelle catégorie de la population est visée (…) Aucune femme dans le monde sera lapidée parce qu’elle a refusé de porter un serre-tête, » a-t-elle déclaré.

Marlène Schiappa a toutes les qualités pour diriger La République En Marche (LREM)



Star du gouvernement mené par le premier ministre Edouard Philippe, grandement appréciée par le président de la République Emmanuel Macron, l’ex-blogueuse de Maman travaille et conseillère municipale du Mans devenue Secrétaire d’Etat à l’égalité Marlène Schiappa est selon Le Politique la plus légitime pour présider le parti présidentiel de La République en Marche (LREM).

Engagée sur de nombreux dossiers, omniprésente sur les réseaux sociaux, Marlène Schiappa n’est pas seulement une personnalité médiatique disruptive, elle est aussi l’incarnation parfaite du programme que porte LREM.

« Progressiste » jusqu’au bout des ongles, Mme Schiappa est de tous les combats en faveur des LGBT, de la PMA ou encore de la lutte contre les discriminations faites aux femmes. Souvent critiquée à droite pour ses parti-pris ou pour sa présumée inégalité d’indignation quand il s’agit de reconnaître toutes les discriminations, Marlène Schiappa est objectivement l’ultime militante du macronisme.

Les nombreuses manifestations qu’elle a organisées depuis son arrivée au gouvernement, ses discours dont ceux très remarqués à l’ONU, ses mots dont on ne sait pas toujours s’ils sont les siens ou ceux d’Emmanuel Macron tant ils se ressemblent, en font la candidate la mieux placée pour porter la voix des « progressistes », plus encore en vue des élections européennes 2019.

Sur l’islamisme, Lydia Guirous accuse Marlène Schiappa de silence



« J’aurais aimé une parole forte et sans détour de votre part, » assène Lydia Guirous, porte-parole des Républicains (LR) dans une lettre ouverte destinée à Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Relatant le harcèlement sexuel qu’elle a « subi, refusé » en politique et dans le monde de l’entreprise pour finalement perdre son travail, Lydia Guirous estime que Marlène Schiappa ne sera pas « Françoise Giroud et encore moins Simone Veil » puisqu’elle a jeté « un voile pudique » sur ce type de violence commise par des « puissants ».

Rappelant les difficultés des « courageuses du quotidien » délaissées par « l’élitisme macroniste » au bénéfice des « premières de cordées », Lydia Guirous dénonce plus vivement encore le recul de la mixité « dans certains de nos quartiers » en proie à « l’islamisme radical » qui « ne tolère pas les femmes dans l’espace public autrement que couvertes de la tête au pied et chaperonnées par un homme. »

Alors que cet extrémisme encourage la scission avec la République, cette dernière par la voix – ou plutôt le silencede Marlène Schiappa n’a pas encore le courage d’accompagner ces femmes « sur le chemin de la liberté, » conclut Lydia Guirous qui a publié chez Plon un ouvrage demandant Ca n’a rien à voir avec l’Islam ?

A l’occasion de la journée des droits des femmes, 77 élus LR menés par les députées Virginie Duby-Muller, Valérie Boyer et Annie Genevard ont également signé une tribune intitulée « Pour les droits des femmes, nous voulons jouer collectif. »