Avant le G20, Emmanuel Macron appelle à plus de multilatéralisme



Après sa rencontre à Paris avec le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim, le président Emmanuel Macron a appelé à plus de multilatéralisme en opposition au nationalisme.

Soulignant les larges besoins de l’Afrique dans de nombreux domaines et se félicitant de la toute nouvelle « Alliance pour le Sahel », Macron estime qu’au-delà des problématiques sécuritaires et migratoires, « il ne faut jamais oublier (que tout cela) n’est que la résultante du manque d’éducation, de développement et d’un investissement dans la durée. »

Macron a aussi confirmé que le changement climatique est sa priorité en répétant que seule une approche multilatérale peut effectivement traiter ce problème qui concerne tout le monde. « C’est la meilleure façon d’éviter des égoïsmes nationaux, le nationalisme, les fractures et in fine les guerres et la dislocation. »

Bien qu’une large majorité de Français s’accorde sur le fait que le changement climatique est une problématique importante, certains expliquent l’intérêt de Macron pour celui-ci par sa capacité limitée à agir sur d’autres problématiques jugées absolument prioritaires par la plupart de ses compatriotes notamment le chômage de masse et le flux toujours croissant de « migrants » entrant en Europe.

Pour résumer, l’économie verte c’est mieux quand il y a des emplois.

L’économie mondiale reste suspendue à Donald Trump



En amont du sommet du Groupe des 20 (G20) prévu les 7 et 8 juillet 2017, le Fonds monétaire international (FMI) a publié une note qui exprime plusieurs préoccupations décrites par sa directrice générale Christine Lagarde comme « une recette pour une crise financière brutale. »

En toile de fond, l’administration du président américain Donald Trump et les difficultés partisanes qu’elle affronte pour appliquer ses promesses électorales et définir une politique économique cohérente. En abaissant la prévision de croissance économique des Etats-Unis de 2,3% et 2,5% à 2,1% pour 2017 comme pour 2018, le FMI souligne combien anticiper la politique américaine est actuellement difficile.

Aussi, Christine Lagarde contredit Janet Yellen, présidente de la Fed, qui a déclaré dernièrement qu’une autre crise financière est improbable pour notre génération. D’ailleurs, la normalisation de la politique monétaire de la Fed pourrait « durcir les conditions financières globales » surtout si elle se concrétise plus rapidement que prévu.

Pour conclure, le FMI a souvent émis ces dernières années des conclusions plus pessimistes que le milieu financier, les banques centrales et même la Banque mondiale. Cependant, son constat d’une certaine inertie politique américaine associée à la montée des tensions géopolitiques en Asie valident son avertissement.

Désaccord commercial croissant entre les USA et l’Allemagne ?



Le secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, a annulé inopinément sa visite prévue le 27 juin 2017 à Berlin, à une semaine et demie d’un sommet du G20 que préside l’Allemagne, a fait savoir le ministère allemand de l’Economie, sans dire pourquoi. Cette annulation imprévue intervient alors que le désaccord entre Washington et Berlin sur les questions commerciales et environnementales va croissant.  « Sur les questions de préservation du climat et du libre-échange, nous n’avons pas actuellement » de points de convergence a déclaré la chancelière Angela Merkel pour qui le président américain Donald Trump a une conception de la mondialisation « très différente » de la sienne. Le G20 se tiendra à Hambourg (Allemagne) le 7-8 juillet 2017.