Porte de la Chapelle : Pierre Liscia (LR) invite Anne Hidalgo à visiter « l’anfer »



Ce n’est pas souvent qu’on trouve une « pépite » en politique et pourtant Pierre Liscia, élu Les Républicains (LR) du 18ème arrondissement de Paris, vient d’en produire une avec brio dans une courte vidéo.

« Madame Anne Hidalgo (Maire de Paris), je vous propose de venir découvrir ‘la porte de l’anfer’ (1), » tweete le jeune élu connu pour son soutien actif à Florence Portelli, désignée en septembre 2017 par Le Politique « révélation politique de la rentrée ».

Depuis plusieurs années, Pierre Liscia dénonce sans démagogie et avec simplicité la situation désastreuse du 18ème arrondissement littéralement devenu « un gigantesque camp de migrants à ciel ouvert » jonché de détritus.

Déplorant que Mme Hildalgo ne se soit jamais rendue porte de la Chapelle où convergent les plus importantes voies d’arrivées à Paris des touristes étrangers notamment depuis l’aéroport Charles de Gaulle (CDG), Pierre Liscia résume en 2 minutes et 5 secondes (2) une situation intenable au cœur même de Paris, ville lumière et première destination touristique mondiale.

« Bonjour Madame Hidalgo, j’aimerais vous faire découvrir un quartier que vous ne connaissez pas, le quartier de la porte de la Chapelle, » entame Pierre Liscia qui précise que « c’est pas Notre-Dame de Paris mais ça a un petit côté cour des Miracles quand même ».

Insécurité, prostitution, mendicité agressive, toxicomanie, saleté, « la porte de la Chapelle c’est un peu dégueulasse » et « on ne vous a jamais vu ni les vendredis, ni les samedis, ni les dimanches, jamais, » tacle Pierre Liscia à destination d’Anne Hidalgo.

Le Politique vous invite donc à regarder cette excellente vidéo sans langue de bois qui montre, à l’instar de Pierre Liscia, qu’on peut dire la vérité sans tomber ni dans le « populisme » ni dans l’excès. C’est rafraîchissant.

Notes

(1) La faute d’orthographe est volontaire. Cf. la vidéo ci-dessous.

(2)

Florence Portelli réfute toute consigne concernant Laurent Wauquiez



Arrivée deuxième de l’élection à la présidence des Républicains (LR) avec 16% des voix en décembre dernier, Florence Portelli* est désormais Secrétaire générale de Libres, le mouvement de Valérie Pécresse, présidente de la Région Ile-de-France.

Suite aux propos enregistrés de Laurent Wauquiez à l’occasion d’un cours donné à l’EM Lyon dans lesquels ce dernier avait parlé « de toutes les conneries » que peut faire Valérie Pécresse, Florence Portelli a informé le JDD – déjà contesté récemment – n’avoir reçu aucune consigne en vue de laisser Laurent Wauquiez « s’enferrer. »

Estimant toutefois que de tels propos portent un grave préjudice à LR et à la droite en général, Florence Portelli, Valérie Pécresse et leur nouvel allié Mael de Calan partagent le point de vue d’Alain Juppé et de Dominique Bussereau, très inquiets de la ligne adoptée par le nouveau président du parti.

Pour l’heure cependant, l’analyse des informations disponibles montre que Laurent Wauquiez bénéficie plus de la situation qu’il n’en souffre.

* Florence Portelli avait été désignée par Le Politique révélation politique de la rentrée en octobre 2017.

Lisez aussi : Laurent Wauquiez est-il plus fort après ses propos à l’EM Lyon ?

Florence Portelli souhaite rétablir la méritocratie chez les Républicains (LR)



« Je suis la candidate des militants » affirme régulièrement Florence Portelli dont les plus de 6.000 parrainages obtenus pour se présenter à la présidence des Républicains (LR) ont invalidé la sarcastique désignation comme « candidature de témoignage. »

A constater l’intérêt de ceux venus l’écouter partout en France, la maire de Taverny bouscule les lignes et suscite l’attention de ceux qui s’estiment quelque peu délaissés en comparaison de leur mobilisation pour le parti. Colleurs d’affiches, arpenteurs infatigables, petites mains, ils se sont démenés cette année pour encaisser deux défaites dont l’inéquité médiatique fut flagrante et l’injustice bouleversante.

Dans ce nouvel épisode de sa vie politique où elle affronte notamment Laurent Wauquiez, Florence Portelli bénéficie d’un soutien plus limité de la part des « ténors » LR et mise donc tel David contre Goliath sur le peuple militant de la droite et du centre.

« Je veux qu’on arrête de prendre les Jeunes Républicains pour des guignols. (…) Quand on voit le drame des investitures dans ce parti, on comprend qu’il n’y ait justement plus de débats de fond qui soient portés par notre famille politique (…) Où sont les ténors des LR quand il faut dénoncer la reddition de la République dans certains quartiers ? » sont autant d’affirmations qui interpellent dans cette famille politique où si la majorité des adhérents est sûre de ses valeurs, doute-t-elle toutefois de sa cohérence idéologique et de la vitalité de sa démocratie interne.

Pour y répondre, Florence Portelli a donc publié une liste détaillée de propositions autour de trois axes que sont remettre la méritocratie au cœur de LR, former les militants et accompagner les élus locaux, donner plus de pouvoir au territoire. En misant sur la force adhérente et militante du parti, Florence Portelli colle aux fondamentaux de l’élection où un adhérent pèse théoriquement autant qu’un ténor.

Vous aimerez aussi :

Questions aux adhérents Les Républicains (LR) – Appel à contributions

Florence Portelli : « Je suis d’abord une militante, loyale à ma famille politique »