Quelle tête de liste préférez-vous pour Les Républicains (LR) aux Européennes 2019 ?



Alors que s’ouvrent les discussions pour savoir qui mènera la liste des Républicains (LR) aux élections européennes de 2019, Le Politique propose à ses lecteurs – dont une majorité est sympathisante ou militante LR – de voter pour un candidat dans la liste proposée ci-dessous et par ordre alphabétique du nom.

Si votre candidat préféré n’y figure pas, merci de bien vouloir nous l’indiquer en commentaire afin que votre vote “Autre” soit dûment comptabilisé. Merci de votre participation et de bien vouloir partager ce lien autour de vous afin d’optimiser notre échantillon. Si les résultats sont probants, Le Politique publiera une analyse dont vous serez informé(e) en nous suivant via Facebook ou Twitter.

Sorry, there are no polls available at the moment.

Cliquez ici pour connaître les résultats définitifs et télécharger la synthèse intégrale, publiée en collaboration avec Cyceon.

Le sondage est clos. Attention, les résultats affichés après clôture du sondage ne sont pas définitifs. En effet, d’autres données en provenance d’autres canaux (commentaires, réseaux sociaux) seront prises en compte et intégrées aux résultats définitifs que présentera Le Politique en collaboration avec Cyceon pour la partie consolidation puis analyse des données.

Précision quant aux données nominatives. Pour ceux qui votent en commentaire, leur adresse e-mail est demandée afin d’empêcher le vote par spam robots, ce qui participe directement de la fiabilité du résultat. Cependant, votre e-mail ne sera jamais utilisé par Le Politique ni par un tiers à quelque fin que ce soit et toutes les données nominatives relatives à ce vote seront définitivement supprimées aussitôt l’analyse des résultats terminée. Le Politique ne conserve aucune donnée nominative.

Ce sondage internet s’est terminé le vendredi 24 août 2018 à 15 heures. Pour information, Le Politique utilise pour son analyse a posteriori des résultats une méthode qui identifie les votes doubles (triples etc…) ainsi que les votes groupés, il est donc inutile de tenter quelque inflation artificielle du résultat puisque celui-ci est réévalué en fonction des votes considérés comme valables.

Européennes 2019 : Emmanuel Macron et En Marche sont-ils vraiment en tête ?



Pour Le Politique, le premier tour de l’élection présidentielle 2017 demeure en quelque sorte un mystère. Jamais les enquêtes de terrain n’avaient aussi peu corroboré des résultats officiels tandis que les premières annonçaient Emmanuel Macron à 18%-19% maximum et que les deuxièmes l’ont fixé à 24% environ.

Sans contester aucunement ces résultats officiels et considérant que l’erreur fut bien sûr celle de nos données et de nos analyses, les quelques données partielles étudiées concernant l’élection européenne de 2019 laissent entrevoir un scénario similaire.

En effet, celles-ci montrent qu’Emmanuel Macron et En Marche navigueraient plutôt entre 16% et 19% des voix, sachant que dans certaines catégories d’âge – les jeunes de 18 à 25 ans en particulier – le chef de l’Etat explore les abysses politiques avec à peine 13%. Dans ce cas, comment une fois de plus expliquer un tel décalage avec les sondages (1) qui les annoncent autour de 23%-25% ?

« De même que pour ces sondages qui annoncent un Laurent Wauquiez très contesté alors qu’il est au contraire très plébiscité par les militants Républicains (LR), circulent des données distribuées par les grands canaux médiatiques qui ne semblent guère confirmées par des données empiriques, » explique Charles Rault, analyste.

« Pour Emmanuel Macron, c’est pareil. Quand on mesure le mécontentement général et surtout sa chute verticale chez les retraités sans lesquels il n’aurait jamais atteint le second tour de la présidentielle, on échoue à expliquer un tel décalage avec les sondages publiés concernant les européennes. »

Véritable singularité politique, Emmanuel Macron réussit donc même sa « disruption » en matière de statistiques et de probabilités puisque ce que dit le terrain semble encore contredire les sondages. « Pour le premier tour de la présidentielle 2017, on en a déduit que des millions d’électeurs ont caché qu’ils voteraient Emmanuel Macron. Le problème est que l’avoir apparemment caché demeure inexpliqué, » ajoute Charles Rault.

Après la hausse de la CSG, des impôts, des taxes, du prix du carburant, après la réduction des APL, des services publics, des écoles en zone rurale, après de nouveaux records en matière de chômage, une croissance et une consommation en berne, une crise migratoire incontrôlée, une insécurité grandissante, et donc objectivement un échec général dans tous les domaines mesurables, il serait tout de même surprenant qu’une majorité d’électeurs place En Marche en tête aux européennes.

A moins que le contexte ne change très positivement d’ici l’échéance, cette contradiction est tellement rare, tellement tendue dans son extension entre le haut résultat annoncé par les sondages et le mécontentement évalué au sein de l’électorat, qu’elle est inexplicable.

En bref, une victoire d’Emmanuel Macron aux européennes en 2019 serait un peu l’équivalent de la courbure réussie de l’espace-temps pour un physicien, dans le contexte actuel et immédiat.

Pour comparer, nous vous invitons à compter les gens suffisamment satisfaits d’Emmanuel Macron et d’En Marche autour de vous pour aller voter en leur faveur aux élections européennes. Si vous en trouvez autant que dans les sondages, merci de nous en informer ci-dessous en commentaire.

Notes

(1) Le Politique ne dit pas que les sondages ont tort mais s’interroge simplement sur ce décalage empirique que chacun peut aisément constater en demandant autour de lui. En effet et en utilisant les mêmes procédés analytiques, Le Politique a notamment réussi à prévoir Donald Trump dès l’été 2015, la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre ou encore les quatre meilleurs candidats dans l’ordre de l’élection à la présidence des Républicains (LR).