Pro-migrante et voilée, Jasmine Ouirhane est désignée « jeune européenne de l’année 2019 »



Une Europe nouvelle émerge et Sciences-Po Bordeaux dont Yasmine O Jay – de son vrai nom Yasmine Ouirhane – est étudiante binationale franco-italienne s’en félicite (1).

Brandissant fièrement un drapeau de l’Union européenne (UE) devant ce qui semble être un monument romain à l’occasion d’une « marche pour l’Europe » en 2017, Mme Ouirhane porte également un voile islamique jaune d’une couleur identique aux étoiles du drapeau sur la photo qui la désigne « jeune européenne de l’année 2019 ».

Dans un message posté sur Facebook, Yasmine Ouirhane exprime sa joie d’avoir reçu ce prix du Parlement européen et de la fondation Schwarzkopf-Stiftung pour la jeunesse européenne (2).

« Nous avons gagné ce prix collectivement : pour les jeunes femmes, pour les filles d’immigrés, pour l’Europe, pour l’unité dans la diversité, pour le changement, la tolérance, le respect de l’autre, pour la paix, » écrit la jeune étudiante qui ajoute que « nous sommes aussi des Européens, aujourd’hui plus que jamais. »

Sur le fil Twitter de Sciences-Po Bordeaux, le premier commentaire indique « j’en connais qui rage (sic) déjà » comme si l’on pensait que la photo allait susciter quelque polémique.

Notes

(1)

(2)

Bruxelles s’active enfin contre les sanctions extraterritoriales américaines



« Enfin ! » a-t-on envie de s’exclamer à la lecture d’un communiqué de la Commission européenne (CE) annonçant vouloir protéger les entreprises européennes des conséquences de toute loi extraterritoriale, notamment américaine.

Considérant la sortie de l’administration Trump de l’accord nucléaire avec l’Iran signé en juillet 2015 et le rétablissement intégral des sanctions américaines décidé par Donald Trump, la CE explique que « la loi de blocage européenne entre en vigueur aujourd’hui » afin de protéger les entreprises européennes exerçant des activités légitimes en Iran.

Cette loi « ouvre aux opérateurs de l’UE le droit d’être indemnisés de tout dommage découlant de sanctions extraterritoriales » précise la CE qui, pour une fois, a pris une décision utile et bienvenue. En effet, l’Europe, et ce n’est pas nier son amitié avec les Etats-Unis, doit absolument affirmer sa souveraineté et ne plus laisser quiconque lui dicter ce qu’elle peut faire ou non.

Quant à l’Iran, la politique européenne ne devra toutefois pas ignorer la politique discutable de Téhéran au Moyen-Orient et agir avec réalisme.

Au cœur de l’Europe, les Chrétiens sont désormais des cibles



Les Chrétiens d’Orient sont les grands oubliés de la communauté internationale en dépit de l’activité associative pugnace qui les défend.

Manifestement moins « intéressants » pour nos dirigeants politiques que les « réfugiés syriens » qui ne fuient le plus souvent aucune guerre, ne viennent en majorité pas de Syrie du tout ni même du Levant, les Chrétiens d’Orient* sont discriminés, agressés voire sommairement assassinés dans une indifférence qui fait honte à « la lutte » si médiatisée et si partiale en faveur « des droits de l’Homme ».

Ceci étant dit, le phénomène anti-Chrétien, par nature profondément inquiétant puisqu’il attaque une foi dont on ne peut nier son message de paix et d’amour puisqu’elle va jusqu’à tendre l’autre joue, ne se limite plus à quelques lointaines contrées où l’on oublie sciemment que les Chrétiens d’Orient y étaient chez eux des siècles et des siècles avant ceux qui les remplacent et arguent que leur terre est d’un autre « royaume ».

Rappelons le martyr du père Jacques Hamel qui fut à la fois le paroxysme et le point de départ d’une vague inédite d’actes anti-Chrétiens en Europe. Depuis, après les mines de circonstance des responsables politiques, les pouvoirs publics n’ont toujours pris aucune mesure énergique – et surtout aussi énergique que pour d’autres – en vue de protéger la Chrétienté, ses ouailles, ses prêtres et ses lieux de culte.

Que l’on soit croyant ou non, qui ne constate pas combien la Chrétienté a façonné l’Histoire, la culture et les arts européens ignore tout un pan si ce n’est le pan principal de la civilisation européenne. Que l’on soit croyant ou non, qui peut accepter que la Chrétienté soit régulièrement pillée et attaquée au mépris absolu de nos lois n’est pas véritablement Républicain et participe à la croissance des extrêmes.

Le cas de l’Allemagne est par exemple édifiant** si l’on se rappelle de l’attaque terroriste contre le marché de Noel à Berlin en décembre 2016 (1), l’attaque terroriste délibérément anti-Chrétienne commise par un « réfugié » palestinien à Hambourg en juillet 2017 (2) ou encore l’assassinat d’un prêtre francophone originaire du Congo à Berlin en février 2018 (3).

A ceci s’ajoutent les provocations d’appels au « djihad » par quelques « déséquilibrés » en pleine messe, le vol et même le saccage régulier des Eglises (4) dans le silence assourdissant d’une Papauté aveugle et sourde et de gouvernements européens totalement indifférents. Dans ce contexte*** qui aurait paru inconcevable une décennie auparavant, peut-on se demander si les « prochains » Chrétiens d’Orient ne sont pas déjà les Chrétiens d’Europe.

Le réveil des consciences, s’il a un jour lieu, risque d’être terrible. Tout ceci doit donc cesser immédiatement et aucune « tolérance » ne saurait justifier plus longtemps de tels crimes contre l’Humanité.

Lisez aussi : Injuste polémique sur Edouard Philippe et les Chrétiens d’Orient ?

* Ceci est également vrai pour les Chrétiens d’Afrique, cible d’exactions abominables et de plus en plus régulières.

** L’évolution extrêmement rapide du contexte en Allemagne est inquiétante. En seulement dix ans, est-on passé d’aucun acte anti-Chrétien à plusieurs centaines par an.

*** En avance des critiques que suscitera cet article, il n’est aucunement besoin d’être croyant ni même Chrétien soi-même pour s’attrister et s’insurger d’un tel contexte.

(1) Attentat de Berlin au camion-bélier sur le marché de Noël, L’Express, 19 décembre 2016.

(2) German court convicts man of anti-Christian stabbing spree, Fox News, 2 mars 2018.

(3) Allemagne: meurtre d’un prêtre francophone originaire du Congo, BTMTV, 23 février 2018.

(4) Vidéo du quotidien italien Il Messagerio :