La bourse brésilienne chute de 10% suite aux révélations sur Michel Temer



Selon le quotidien O Globo, le président brésilien Michel Temer aurait été enregistré par un chef d’entreprise en train de donner son accord à des pots-de-vin pour acheter le silence de l’ancien chef des députés Eduardo Cunha. Cette révélation plonge le Brésil dans une nouvelle crise politique potentiellement plus grave encore à long terme que celle ayant mené à la destitution de l’ex-présidente Dilma Roussef. Aussi, la cotation de l’indice boursier BOVESPA a été suspendue suite à une chute d’environ 10% dès le début de séance. En décembre 2016, Le Politique informait ses abonnés d’un « risque augmenté d’une chute de Temer dont la politique est désormais désapprouvée pas une majorité de brésiliens. »

Vous aimerez aussi :

L’économie du Brésil requiert la stabilité politique

Comme la bourse, hausse du risque politique au Brésil

Non terroriste, une attaque présumée raciste à Fresno fait trois morts



Seize tirs en à peine une minute : c’est en criant « Allahu Akbar » que Kori Ali Muhammad, 39 ans, aurait tué au moins trois personnes dans le centre-ville de Fresno en Californie. Selon Jerry Dyer, le chef de la police municipale, cette attaque n’est pas terroriste et « était uniquement basée sur la race ».

Le tueur présumé, un noir américain, aurait spécifiquement visé des personnes blanches, épargnant selon des témoins les personnes hispaniques. Arrêté par la police, Muhammad serait détenteur d’un casier judiciaire incluant notamment des menaces à caractère terroriste.

Ce fait s’ajoute à la liste de plus en plus longue d’homicides dont la connotation possiblement terroriste est rapidement évacuée sur la base de motifs discutables puisqu’ils correspondent souvent au modus operandi « low cost » conseillé à plusieurs reprises par les réseaux terroristes.

Lee Brand, maire de Fresno, n’a parlé que « d’une violence dénuée de sens » sans donner plus de détails.

Terroriste ou tueur en série pendant le week-end de Pâques aux Etats-Unis ?



Le débat fait rage mais une majorité de la population américaine semble persuadée que les 14 meurtres revendiqués et présumés filmés par un homme dénommé Steve Stephens seraient constitutifs d’un acte terroriste. Arborant une barbe significative, l’individu âgé de 37 ans aurait diffusé en direct sur Facebook le meurtre d’un passant choisi au hasard dans les rues de Cleveland, Ohio.

Si, pour l’heure, les autorités fédérales ne parlent pas d’acte terroriste, la commission de tels faits à l’occasion du week-end de Pâques donnent un caractère particulier à la revendication de ces meurtres dont 13 restent encore à prouver. A plusieurs reprises ces dernières années, des assassinats traités par les autorités judiciaires comme de simples infractions criminelles ont suscité le doute parmi la population quant à leur caractère éventuellement terroriste, notamment en Europe.