Bruxelles s’active enfin contre les sanctions extraterritoriales américaines



« Enfin ! » a-t-on envie de s’exclamer à la lecture d’un communiqué de la Commission européenne (CE) annonçant vouloir protéger les entreprises européennes des conséquences de toute loi extraterritoriale, notamment américaine.

Considérant la sortie de l’administration Trump de l’accord nucléaire avec l’Iran signé en juillet 2015 et le rétablissement intégral des sanctions américaines décidé par Donald Trump, la CE explique que « la loi de blocage européenne entre en vigueur aujourd’hui » afin de protéger les entreprises européennes exerçant des activités légitimes en Iran.

Cette loi « ouvre aux opérateurs de l’UE le droit d’être indemnisés de tout dommage découlant de sanctions extraterritoriales » précise la CE qui, pour une fois, a pris une décision utile et bienvenue. En effet, l’Europe, et ce n’est pas nier son amitié avec les Etats-Unis, doit absolument affirmer sa souveraineté et ne plus laisser quiconque lui dicter ce qu’elle peut faire ou non.

Quant à l’Iran, la politique européenne ne devra toutefois pas ignorer la politique discutable de Téhéran au Moyen-Orient et agir avec réalisme.

Hormis De Sarnez, quels autres eurodéputés concernés par une enquête ?



Soupçonnée d’emplois fictifs d’assistants parlementaires, l’eurodéputé Front National (FN) Sophie Montel, avec la collaboration du conseiller régional Antoine Chudzik, a contre-attaqué.

Il semble qu’elle aurait transmis suffisamment de documents au procureur de la République à Paris pour qu’une enquête préliminaire soit ouverte concernant plusieurs autres eurodéputés dont voici la liste :

EELV: Yannick Jadot et Michèle Rivasi.
Front de Gauche: Patrick Le Hyaric, Virginie Rozière du PRG.
LR: Brice Hortefeux, Michèle Alliot-Marie, Angélique Delahaye, Marc Joulaud, Tokia Saïfi, Jérôme Lavrilleux et Constance Le Grip.
MoDem: Marielle de Sarnez (actuellement ministre) et Robert Rochefor.
REM: Jean Arthuis.
PS : Emmanuel Maurel, Christine Revault d’Alonnes Bonnefoy, Edouard Martin et Jean-Louis Cottigny.
UDI: Dominique Riquet.

L’Office européen de lutte antifraude à Bruxelles (OLAF) n’aurait pas encore commenté cette actualité. Plusieurs eurodéputés dont MM. Lavrilleux et Hortefeux ont dénoncé publiquement une “diffamation” de la part de Mme Montel.