La France va ratifier l’accord européen avec Cuba



Le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a présenté au nom du premier ministre Edouard Philippe un projet de loi autorisant la ratification de l’accord de dialogue politique et de coopération entre l’Union européenne (UE) et ses États membres, d’une part, et la République de Cuba, d’autre part.

Ce projet intervient après l’annulation par le président américain Donald Trump de la normalisation des relations entre les Etats-Unis et Cuba entamée en 2014 par son prédécesseur Barack Obama.

Constatant la multiplication des déplacements officiels de responsables politiques européens à Cuba, dont l’ex-président François Hollande en mai 2015, Jean-Yves Le Drian estime que la position commune de 1996 qui liait toute coopération avec Cuba à une démocratisation du régime est de facto devenue obsolète.

Il s’agit donc pour la France de ratifier l’accord de dialogue politique et de coopération (ADPC) entre l’UE et Cuba ainsi négocié et paraphé à La Havane le 11 mars 2016 par la Haute Représentante, Federica Mogherini, puis signé à Bruxelles par l’UE, ses États membres, et la République de Cuba, le 12 décembre 2016.

Cette année-là, on estime que les échanges commerciaux entre la France et Cuba s’élevaient à 180 millions d’euros soit 0,05% du total des exportations françaises.

La bourse brésilienne chute de 10% suite aux révélations sur Michel Temer



Selon le quotidien O Globo, le président brésilien Michel Temer aurait été enregistré par un chef d’entreprise en train de donner son accord à des pots-de-vin pour acheter le silence de l’ancien chef des députés Eduardo Cunha. Cette révélation plonge le Brésil dans une nouvelle crise politique potentiellement plus grave encore à long terme que celle ayant mené à la destitution de l’ex-présidente Dilma Roussef. Aussi, la cotation de l’indice boursier BOVESPA a été suspendue suite à une chute d’environ 10% dès le début de séance. En décembre 2016, Le Politique informait ses abonnés d’un « risque augmenté d’une chute de Temer dont la politique est désormais désapprouvée pas une majorité de brésiliens. »

Vous aimerez aussi :

L’économie du Brésil requiert la stabilité politique

Comme la bourse, hausse du risque politique au Brésil