Bruxelles s’active enfin contre les sanctions extraterritoriales américaines



« Enfin ! » a-t-on envie de s’exclamer à la lecture d’un communiqué de la Commission européenne (CE) annonçant vouloir protéger les entreprises européennes des conséquences de toute loi extraterritoriale, notamment américaine.

Considérant la sortie de l’administration Trump de l’accord nucléaire avec l’Iran signé en juillet 2015 et le rétablissement intégral des sanctions américaines décidé par Donald Trump, la CE explique que « la loi de blocage européenne entre en vigueur aujourd’hui » afin de protéger les entreprises européennes exerçant des activités légitimes en Iran.

Cette loi « ouvre aux opérateurs de l’UE le droit d’être indemnisés de tout dommage découlant de sanctions extraterritoriales » précise la CE qui, pour une fois, a pris une décision utile et bienvenue. En effet, l’Europe, et ce n’est pas nier son amitié avec les Etats-Unis, doit absolument affirmer sa souveraineté et ne plus laisser quiconque lui dicter ce qu’elle peut faire ou non.

Quant à l’Iran, la politique européenne ne devra toutefois pas ignorer la politique discutable de Téhéran au Moyen-Orient et agir avec réalisme.

Approuvez-vous la participation de la France aux frappes militaires en Syrie ?



Depuis quelques heures maintenant, les Armées françaises sur décision du président de la République Emmanuel Macron participent à des frappes militaires contre des cibles spécifiques en Syrie afin de neutraliser les « capacités chimiques » du gouvernement de Bachar el-Assad.

Votre opinion nous intéresse et nous vous invitons à répondre à la question ci-dessous ainsi qu’à en partager le lien autour de vous afin d’optimiser notre échantillon de réponses. Aussi, merci de bien vouloir nous expliquer votre réponse en commentant en bas de cette page.

Sorry, there are no polls available at the moment.

Cliquez ici pour consulter nos articles relatifs à la Syrie.

Lisez aussi : Syrie : Le MINDEF publie son rapport d’évaluation de l’attaque chimique à Douma

A partager

Notes

La France va ratifier l’accord européen avec Cuba



Le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a présenté au nom du premier ministre Edouard Philippe un projet de loi autorisant la ratification de l’accord de dialogue politique et de coopération entre l’Union européenne (UE) et ses États membres, d’une part, et la République de Cuba, d’autre part.

Ce projet intervient après l’annulation par le président américain Donald Trump de la normalisation des relations entre les Etats-Unis et Cuba entamée en 2014 par son prédécesseur Barack Obama.

Constatant la multiplication des déplacements officiels de responsables politiques européens à Cuba, dont l’ex-président François Hollande en mai 2015, Jean-Yves Le Drian estime que la position commune de 1996 qui liait toute coopération avec Cuba à une démocratisation du régime est de facto devenue obsolète.

Il s’agit donc pour la France de ratifier l’accord de dialogue politique et de coopération (ADPC) entre l’UE et Cuba ainsi négocié et paraphé à La Havane le 11 mars 2016 par la Haute Représentante, Federica Mogherini, puis signé à Bruxelles par l’UE, ses États membres, et la République de Cuba, le 12 décembre 2016.

Cette année-là, on estime que les échanges commerciaux entre la France et Cuba s’élevaient à 180 millions d’euros soit 0,05% du total des exportations françaises.