François Fillon, Marine Le Pen, mieux notés du Grand Débat TF1



Après le premier débat de l’élection présidentielle 2017 diffusée par la chaîne télévisée TF1, Le Politique a noté sur 10 chacun des candidats selon cinq critères :

  1. Aplomb
  2. Clarté
  3. Documentation
  4. Dynamisme
  5. Réalisme

Ces notes sont celles données en toute indépendance par Le Politique et ses correspondants à travers le monde dans le cadre d’une opération coordonnée depuis Paris. Elles ne sont pas nécessairement représentatives de la perception dudit débat par l’opinion publique.

Résultats

grand-débat-full

grand-débat-full-detail

Selon notre analyse rapide, François Fillon a remporté le débat suivi de seulement 0,06 points par Marine Le Pen, seule Femme parmi les candidats. Conformément au classement d’influence politique proportionnelle, Jean-Luc Mélenchon confirme sa capacité de progression politique.

Emmanuel Macron et Benoit Hamon ont péché le premier principalement par manque d’aplomb et le second par manque de réalisme. Si les candidats les plus expérimentés et les plus coriaces partent avec les meilleures notes, Le Politique note qu’Emmanuel Macron reçoit une note globalement encourageante pour le tout premier débat de sa carrière politique.

Le Politique rappelle à ses lecteurs que ses informations sont partagées à titre informatif et ne sont pas constitutives d’un sondage. Aussi, le critère “réalisme” correspond à combien le candidat colle à la réalité de la situation, il ne s’agit donc pas d’évaluer la validité de son programme. Il appartient donc à chacun de se forger une opinion personnelle en complétant nos informations avec d’autres sources.

Ajout du 22 mars 2017: les notes attribuées par Le Politique ont été généralement confirmées par la majorité des publications étrangères dont le Financial Times (FT).

Vous aimerez aussi:

En Marche vers la fin du droit de propriété en France ?

Emmanuel Macron et les sondages, une énigme ?

Le mystère Emmanuel Macron à l’aune du renseignement

Lettre aux amis « Décodeurs » qui nous font honneur

#LeGrandDebat #DebatTF1

Le Pen, Mélenchon, Dupont-Aignan, meilleures notes d’influence électorale



Selon une étude menée par Le Politique, réseau international d’analystes spécialistes de la collecte, du traitement et de l’exploitation de l’information, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Nicolas Dupont-Aignan émergent comme les trois candidats à l’élection présidentielle 2017 les mieux notés quant à leur influence électorale en proportion de leurs moyens.

ExclusifMarine Le Pen pourrait bien entrer à l’Elysée dès mai 2017

Démarche

Le Politique a procédé à une analyse comparative de six candidats à l’élection présidentielle française 2017. Cette analyse a pris en compte leur force numérique, leur temps de parole médiatique, le rapport médiatique positif/négatif, le rapport de l’activité numérique positive/négative et leurs moyens généraux (nombre d’élus, subventions, estimation de budgets, soutiens divers). Après compilation des données brutes et analyse humaine non-algorithmique, une note sur 10 a été attribuée à chaque candidat. Une note supérieure à la moyenne de 5 indique une dynamique plutôt positive tandis qu’une note inférieure à la moyenne de 5 indique une dynamique plutôt négative.

Résultats

IEP (c) Le Politique.fr

Marine Le Pen du Front National (FN) obtient la meilleure note, portée par une couverture médiatique largement négative qui donne à sa force numérique – la plus forte parmi tous les candidats – un poids décisif dans l’établissement de sa note.

En effet et à proportion de la quasi-absence de couverture médiatique positive, de relais médiatiques majeurs et de moyens financiers aussi importants que d’autres « mastodontes » d’un poids électoral similaire, Marine Le Pen réussit à déployer une force électorale significative.

Jean-Luc Mélenchon pour La France Insoumise (FI) et Nicolas Dupont-Aignan pour Debout La France (DLF) la suivent de près avec des couvertures médiatiques plutôt négatives dans l’ensemble mais un militantisme numérique plus fort que la moyenne en proportion de leurs moyens respectifs.

Cela peut surprendre mais à proportion de leurs moyens et de leur couverture médiatique, les candidats « traditionnels » à savoir François Fillon, Emmanuel Macron et Benoit Hamon obtiennent des notes plutôt décevantes.

François Fillon est notamment impacté par les affaires judiciaires le concernant et leur couverture médiatico-numérique majoritairement négative. La couverture médiatique positive d’Emmanuel Macron pour En Marche (EM)  dépasse presque celle de tous ses concurrents réunis, et pourtant sa force numérique semble nettement limitée en proportion.

La stratégie numérique d’Emmanuel Macron est difficile à établir puisque significatif semble être le fossé entre les intentions de vote qui lui sont attribuées par les sondages et sa force numérique réelle. Ceci constitue le point d’interrogation majeur de cette analyse considérant la disproportion entre la popularité présumée d’Emmanuel Macron et l’engouement relativement limité observé sur les réseaux sociaux à son sujet.

Quant à Benoit Hamon, il porte en quelque sorte le bilan du quinquennat de François Hollande et son manque de notoriété l’empêche de rentabiliser au mieux la force électorale du Parti Socialiste (PS), mastodonte toutes catégories aux côtés du parti Les Républicains (LR) en termes de moyens financiers, de relais médiatiques et d’élus.

Conclusion

Cette analyse confirme la fragilisation du bipartisme droite-gauche avec en tête la présence de trois candidatures dites « hors-système ». Elle indique aussi que l’accumulation de moyens, relais ou soutiens médiatiques n’est plus aussi efficace qu’auparavant, l’internet et les réseaux contribuant fortement à contenir leurs effets ainsi que résumé dans le récent article intitulé Internet bouleverse le secteur de l’information politique.

Rappel

Le Politique rappelle que cette étude est expérimentale, apolitique et n’est pas constitutive d’un sondage. Les notes attribuées dans ce document sont fournies gratuitement au public et à titre indicatif. Elles résultent d’une méthode analytique propre à Le Politique. Pour rappel, Le Politique n’est affilié à, ni financé par quelque organisation politique ou institutionnelle que ce soit et diffuse ses informations en totale indépendance. Pour soutenir Le Politique, vous pouvez vous abonner et/ou nous suivre sur Twitter ou Facebook.