François Fillon, Marine Le Pen, mieux notés du Grand Débat TF1



Après le premier débat de l’élection présidentielle 2017 diffusée par la chaîne télévisée TF1, Le Politique a noté sur 10 chacun des candidats selon cinq critères :

  1. Aplomb
  2. Clarté
  3. Documentation
  4. Dynamisme
  5. Réalisme

Ces notes sont celles données en toute indépendance par Le Politique et ses correspondants à travers le monde dans le cadre d’une opération coordonnée depuis Paris. Elles ne sont pas nécessairement représentatives de la perception dudit débat par l’opinion publique.

Résultats

grand-débat-full

grand-débat-full-detail

Selon notre analyse rapide, François Fillon a remporté le débat suivi de seulement 0,06 points par Marine Le Pen, seule Femme parmi les candidats. Conformément au classement d’influence politique proportionnelle, Jean-Luc Mélenchon confirme sa capacité de progression politique.

Emmanuel Macron et Benoit Hamon ont péché le premier principalement par manque d’aplomb et le second par manque de réalisme. Si les candidats les plus expérimentés et les plus coriaces partent avec les meilleures notes, Le Politique note qu’Emmanuel Macron reçoit une note globalement encourageante pour le tout premier débat de sa carrière politique.

Le Politique rappelle à ses lecteurs que ses informations sont partagées à titre informatif et ne sont pas constitutives d’un sondage. Aussi, le critère “réalisme” correspond à combien le candidat colle à la réalité de la situation, il ne s’agit donc pas d’évaluer la validité de son programme. Il appartient donc à chacun de se forger une opinion personnelle en complétant nos informations avec d’autres sources.

Ajout du 22 mars 2017: les notes attribuées par Le Politique ont été généralement confirmées par la majorité des publications étrangères dont le Financial Times (FT).

Vous aimerez aussi:

En Marche vers la fin du droit de propriété en France ?

Emmanuel Macron et les sondages, une énigme ?

Le mystère Emmanuel Macron à l’aune du renseignement

Lettre aux amis « Décodeurs » qui nous font honneur

#LeGrandDebat #DebatTF1

L’électeur, vraie inconnue de l’équation politique



Sur les marchés financiers comme en politique, l’incertitude est le facteur le plus redouté et le plus déstabilisateur. Alors que l’environnement international se complexifie et que les tensions s’accroissent, l’électorat – le citoyen – devient un paramètre de plus en plus difficile à évaluer.

Proportionnellement à l’importance prise par les réseaux sociaux et l’internet dans sa démarche d’information, l’électorat semble de plus en plus imperméable à la narration officielle, augmentant d’autant son imprévisibilité et renforçant sa défiance envers les médias traditionnels. A force peut-être de diffuser une représentation approximative du réel, ces derniers ne sont peut-être plus eux-mêmes capables de comprendre le réel tant ils s’en seraient éloignés. Privés de la confiance du citoyen, ils ne sont plus guère en mesure d’en obtenir une information fiable.

A l’image du « Brexit » au Royaume-Uni, du referendum contre l’accord de paix avec les FARC en Colombie, de la mobilisation populaire contre l’installation de « migrants » en Europe ou de la croissance rapide d’une offre politique « anti-système », l’électorat – le citoyen – est de plus en plus l’inconnue majeure du « risque politique. »

Plus le « système » favorise un choix plus qu’un autre, plus l’électorat est tenté par un choix opposé. De ce point de vue, le « Brexit » est un cas d’école dont les enseignements ne seront connus qu’à long terme mais dont on peut déjà extraire une donnée fondamentale à savoir qu’à partir d’un certain niveau d’exercice de puissance, le « système » produit des effets inverses à ceux qu’il recherche.