Covid-19 : Réussir le 2ème déconfinement est impératif !

Au printemps dernier lorsque l’exécutif politique semblait hésiter voire carrément se tromper dans sa gestion de la pandémie de Covid-19 au point d’interdire sous peine d’amende la distribution de masques pour ensuite en rendre le port obligatoire partout, pouvait-on alors lui trouver quelques excuses.

D’abord, les informations fournies par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne traduisaient pas suffisamment l’imminente gravité de la situation en sus des atermoiements du gouvernement chinois à agir plus tôt en amont pour empêcher l’épidémie de se transformer fatalement en pandémie.

Ensuite, trouver hier comme aujourd’hui le bon équilibre entre le respect des Libertés fondamentales, les impératifs socio-économiques et les obligations sanitaires revient à choisir la moins mauvaise solution parmi une suite de mauvaises solutions, le tout dans un contexte de très haute tension.

Enfin, l’état général de notre système de santé publique résulte à la fois d’une volonté maladroitement concrétisée mais plutôt bienvenue de ramener le coût français par patient à la moyenne européenne et d’une absence tant dans l’organisation que dans l’efficacité d’une véritable politique sanitaire à la hauteur de celle qui fit la fierté de la France dans le passé.

Dans ces conditions, la majorité des Français comprenait voire soutenait la décision sans précédent du Président Emmanuel Macron de confiner le pays pendant 55 jours. Des vies furent ainsi sauvées et la dynamique épidémique fut rapidement cassée pour laisser place à des jours « plus heureux ».

Malheureusement, le « déconfinement » alors géré par Jean Castex, devenu depuis Premier ministre, ne donna pas les résultats durables espérés puisqu’au cœur de l’été se dessinaient déjà les frémissements d’une courbe épidémique devenue quasi-exponentielle fin octobre.

Par conséquent, ce qui était exclu parce que catastrophique à savoir un deuxième confinement fut décrété avec des mesures certes un peu moins contraignantes mais avec des conséquences autrement plus sévères tant sur les esprits que sur les cœurs et les finances.

Innombrables sont les salariés, les commerçants, les artisans, les indépendants, les jeunes comme les personnes âgées en détresse pécuniaire et/ou psychologique et dont, par retombées, les vies personnelles et familiales s’abîment parfois presque aussi vite que leur carrière professionnelle.

Il y a donc urgence à comprendre que le confinement, quand bien même il freine sensiblement la propagation du coronavirus, ne constitue pas une solution répétable – l’idée du « stop and go » – et viable tant ses dégâts collatéraux – difficiles à évaluer par manque de recul – promettent d’être très importants.

Outre l’urgence quotidienne à traiter les malades, convient-il dès lors de concentrer tous les efforts étatiques et collectifs à réussir un déconfinement durable qui soit le point final de cette pandémie dans un pays qui en restera traumatisé longtemps, meurtri par le décès de nombreux concitoyens, par l’angoisse de contaminer des proches mais aussi par la réduction inimaginable des Libertés.

Le gouvernement doit absolument réussir le déconfinement car le deuxième confinement, déjà si porteur de drames personnels et de crise économique et sociale à venir, ne saurait être suivi d’un troisième. Il n’y a pas d’alternative autre que de réussir le déconfinement et de clore enfin cette séquence collective douloureuse.

Les opinions exprimées sont uniquement celles de leurs auteurs.

Newsletter

Lire plus

Plus d'Articles...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *