Immigration : Les Français rejettent droit du sol et regroupement familial

Plus le contexte sécuritaire et le cadre républicain se détériorent à force d’attaques terroristes islamistes, de revendications communautaristes et d’atteintes graves à la laïcité, plus l’immigration n’apparaît plus comme « une chance » pour la majorité des Français.

Le « vivre-ensemble » ne serait-il plus qu’une chimère politique portée par des élus éloignés de la réalité du terrain ? Les chiffres de la dernière enquête de l’Ifop pour Le Figaro intitulée « Les Français et l’immigration » semblent répondre oui à cette question.

Menée auprès d’un échantillon de 1.008 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, l’enquête montre que 78% des Français souhaitent « passer d’une immigration subie à une immigration choisie », un bond de 16 points de pourcentage depuis 2006.

64% considèrent également que « on n’en fait plus pour les immigrés que pour les Français », en hausse de 24 points de pourcentage depuis 2006. Aussi, seuls 37% pensent que « l’immigration est une chance pour la France » et 32% que « les pouvoirs publics luttent efficacement contre l’immigration clandestine », en chute respectivement de 12 et 13 points de pourcentage depuis 2007.

Enfin, 30% de nos compatriotes sont « tout à fait d’accord » et 28% « plutôt d’accord » avec la « suppression de l’acquisition automatique de la nationalité française pour les enfants nés en France de parents étrangers. » Un chiffre qui n’a pas varié depuis 2016 et favorable au « droit du sang » plutôt qu’au « droit du sol ».

Les données de l’Ifop soulignent une certaine stabilité de l’opinion publique sur le sujet épineux de l’immigration depuis 2013 et confirment aussi la fracture idéologique et empirique entre les Français et les majorités politiques au pouvoir favorables à une immigration sensiblement augmentée chaque année.

Les données ont été recueillies les 22-23 janvier 2020 soit dix mois avant leur publication et donc avant les derniers attentats islamistes majoritairement commis par des personnes « réfugiées » ou « en situation irrégulière ». On peut donc présumer que les tendances seraient plus marquées si les données avaient été recueillies plus récemment.

Les opinions exprimées sont uniquement celles de leurs auteurs.

Newsletter

Lire plus

Plus d'Articles...

1 Commentaire

  1. Catherine Billard Répondre

    Beaucoup de gens s’accordent à dire que le regroupement familial fut une idée funeste. VGE y compris. Que dire de Macron qui a élargi ce droit ? Comment peut-on être déconnecté de son peuple à ce point ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *