Covid-19 : un deuxième confinement mal vécu par les Français

Selon les sondages, la majorité de nos concitoyens soutient les mesures sanitaires décidées par le gouvernement afin de lutter plus efficacement contre la pandémie de Covid-19 qui sévit depuis maintenant une dizaine de mois, soit presqu’une année.

Porteur de mesures pourtant moins contraignantes d’ailleurs traduites par une circulation augmentée des Français par rapport à ce qui avait été observé lors du premier confinement, ce deuxième épisode de restrictions majeures paraît susciter sensiblement plus d’inquiétude parmi la population.

Outre la crainte relative au coronavirus et à sa dangerosité pour soi-même ou pour ses proches et génératrice de stress accru, les Français semblent plus amplement préoccupés par la durée de la crise qu’ils vivent tel « un jour sans fin ».

Ils interprètent notamment l’absence de perspective positive donnée par le gouvernement comme l’indicateur que « la crise est loin d’être terminée » et que les deux épisodes de confinement pourraient donc n’être que les deux premiers d’une plus longue série.

La crainte de plus en plus palpable d’un Noël inhabituel voire tout bonnement annulé – beaucoup d’entre nous ne semblant pas considérer Skype ou Zoom comme une solution adéquate – ajoute aux annonces d’une crise économique et sociale décrite comme sans précédent et surtout inévitable dans un futur proche.

Plus mal vécue encore est l’obligation de présentation de l’attestation pour tout déplacement, dans des limites jugées excessivement sévères pour « les déplacements brefs, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre du domicile, liés soit à l’activité physique individuelle des personnes, soit à la promenade… »

Le sentiment manifestement répandu de ne désormais se résumer qu’à un travailleur usant des transports ou télétravaillant sans bénéficier réellement du fruit de son labeur à travers des activités extérieures, de loisir et de convivialité nourrissent quelque ressentiment qui, à son tour, alimente une défiance plus difficile à contenir à mesure que dure la crise.

En somme, si les consignes sanitaires sont dans l’ensemble plutôt bien comprises considérant les impératifs de santé publique, le fait que la France soit probablement l’unique pays européen à obliger ses citoyens et ses résidents à se munir d’une attestation approfondit manifestement le malaise, parfois perçu comme « une atteinte insupportable aux Libertés fondamentales ».

Des résultats positifs, probants et durables sont donc indispensables à court terme pour que le gouvernement soit en mesure de maîtriser suffisamment la situation et de clore définitivement cette période difficile. Apporter et médiatiser aussitôt que possible la preuve que les mesures sanitaires sont efficaces paraît donc constituer un élément indispensable pour éviter toute détérioration politique significative.

Note – Sept Français sur dix approuvent le nouveau confinement mais 60% d’entre eux en ont transgressé les règles.

Les opinions exprimées sont uniquement celles de leurs auteurs.

Newsletter

Lire plus

Plus d'Articles...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *