Coronavirus et Macron, la dramatique faillite de la start-up nation

Recevez la Newsletter

Le « progressisme », mot du « nouveau monde » inventé pour camoufler le « socialisme » devenu inutilisable tant il incarne l’échec, est l’anti-« progrès » et les preuves d’un tel constat s’accumulent quotidiennement.

En l’absence d’anticipation, bien que prévenu de la vague épidémique en provenance de Chine, le président de la République Emmanuel Macron et son équipe composée de gens qu’il désigne lui-même comme des « amateurs » prouve chaque jour son incapacité à sortir de son enfoncement idéologique qui lui fait répéter les mêmes erreurs en pensant que cela changera le résultat.

« L’Europe qui protège », ce mantra seriné à tous les Français depuis quarante ans, est nulle part, Berlin prend ses décisions sans concertation, Rome s’en remet aux chinois, aux russes et aux cubains, mais Paris célèbre « la coopération européenne » à mille lieues de la réalité consternante d’une Union européenne malheureusement dépassée.

« Nous sommes en guerre », même répété six fois d’un air martial ne fait pas de vous un chef de guerre ou au mieux êtes-vous aussi débutant que le fut Joseph Staline qui, après avoir purgé tous ses officiers généraux, se rendit compte qu’il fallait bien que quelqu’un s’occupasse de mener les troupes.

D’où peut-être cette même propension au sacrifice des autres pour sauver la Mère patrie opportunément ressuscitée que vous avez pourtant contribué à affaiblir d’un démantèlement à l’autre, d’une délocalisation à l’autre ou, pour « penser printemps »,  d’une « transition énergétique » à l’autre.

Sans le plus rudimentaire équipement de protection donc, ni masques FFP2, ni blouses, ni gants, partent sur le front d’une guerre tchernobylesque ces nombreux « sans-dents » qui, médecins, soignants, nettoyants, livreurs, caissiers, ouvriers montrent qu’ils sont indubitablement « les gens qui sont tout » et non « ces gens qui ne sont rien ».

De la gabegie de gouvernants bien trop payés pour une telle pusillanimité contraste le salaire microscopique de ces masses laborieuses qui, loin des discours et des postures qui feraient rire si elles n’étaient pas cyniques, s’emploient de toutes leurs forces à sauver la France.

Le « progressisme » est la start-up ratée du « socialisme », il coûte une fortune, brûle du cash inutilement et fait faillite sauf qu’avec le coronavirus, les pertes se comptent en morts plutôt qu’en argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *