Marine Le Pen pourfend les annonces d’Emmanuel Macron sur l’islamisme

Recevez la Newsletter

Certains ont apprécié que le président de la République Emmanuel Macron aborde directement à Mulhouse la question de l’islamisme – présentée par l’Elysée comme une dynamique de « séparatisme », mais la présidente du Rassemblement National (RN) Marine Le Pen n’en fait pas partie.

En effet, « les mesures annoncées par Emmanuel Macron contre le communautarisme et l’islamisme sont à la fois dérisoires et mensongères, » affirme au micro de France Bleu Azur celle qui est déjà candidate à l’élection présidentielle 2022.

Que les financements étrangers de mosquées soient transparents lui est insuffisant, « je veux qu’ils soient arrêtés » insiste-t-elle, estimant que l’Elysée vise plutôt à leur légalisation.

Marine Le Pen demande aussi la fin des enseignements en langues et culture d’origine étrangère (ELCO) en rappelant qu’Emmanuel Macron a « il y a encore six mois délivré 360 visas à des imams pour venir pour le ramadan. »

Plus globalement, elle dénonce l’usage de la France comme « d’un terrain de jeux de toutes les luttes d’influence d’un certain nombre de pays musulmans (…) pour savoir qui sera le plus radical. »

Débordant sur la problématique terroriste, Marine Le Pen réitère aussi son exigence de l’expulsion de tous les fichés S et de tous les imams radicaux et la fermeture de toutes les mosquées salafistes au nombre d’une centaine environ.

« Objectivement, l’Etat a accompagné l’islamisation radicale de notre pays, c’est vrai pour la droite, c’est vrai pour la gauche, et beaucoup de maires sont coupables de compromission pour des raisons clientélistes, » conclut-elle.

Lisez aussi : Face au « séparatisme islamiste », une classe politique désunie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *