L’Assemblée réclame une fortune à François Fillon et à son suppléant

Recevez la Newsletter

Alors que débutera dans quatre jours devant le tribunal correctionnel de Paris le procès de l’ancien premier ministre François Fillon et de son épouse Pénélope dans l’affaire d’emplois fictifs présumés qui avait dynamitée sa campagne présidentielle en 2017, l’Assemblée nationale pourrait leur réclamer jusqu’à 1.081.219 euros.

Mis en examen quelques semaines avant la dernière élection présidentielle et après une enquête d’une rapidité inédite menée par le Parquet national financier (PNF), les époux Fillon répondront d’accusations d’emplois fictifs au bénéfice de Pénélope Fillon et de « détournement de fonds publics », de « complicité et recel » tant du délit précédemment cité que « d’abus de biens sociaux ». Marc Joulaud, l’ancien suppléant de François Fillon et qui le remplaça de 2002 à 2007, sera également jugé pour « détournement de fonds publics ».

En somme, François et Pénélope Fillon sont accusés d’avoir indûment encaissé des sommes payées par l’Assemblée nationale au motif d’un emploi d’assistant parlementaire présumé fictif. « Sur décision de la présidence, l’Assemblée nationale s’est portée partie civile au procès. Elle demande donc réparation des dommages subis, dont le montant correspond aux salaires versés avec les charges patronales », a précisé au quotidien Le Monde la députée La République en Marche (LREM) des Hauts-de-Seine Laurianne Rossi, questeuse de l’Assemblée.

Ainsi François Fillon et Marc Joulaud se voient-ils réclamer respectivement 401.230 euros et 679.989 euros pour un total de 1.081.219 euros, une somme considérable qui correspondrait aux rémunérations nettes additionnées aux cotisations salariales et patronales. Face à cette annonce au fort retentissement médiatique qui intervient alors que le procès Fillon est imminent, des internautes s’émeuvent sur les réseaux sociaux de ce qu’ils considèrent comme un « parti-pris judiciaire » délibérément « anti-Fillon voire anti-droite ».

3 commentaires

  1. Catherine Billard Répondre

    Ce procès Fillon est l’aboutissement de trois ans d’acharnement complètement hors normes. Cette info de source judiciaire est l’ultime preuve que François Fillon n’aura jamais pu bénéficier du secret de l’instruction. J’espère de toutes mes forces qu’il pourra se défendre correctement et que les juges du siège seront neutres et justes. Jusqu’à présent, on a instruit son cas à charge et à charge.

    Sinon, je suis archi contente de vous retrouver. Je pensais à vous ces jours-ci à l’approche du procès et me désespérais de ne pouvoir lire des gens qui seraient objectifs voire bienveillants avec la droite. MERCI.

  2. Guillemeau Répondre

    Richard Ferrand est mis en examen pour détournement de fond aux mutuelles du Mans, osant avec sa clique godillot LAREM réclamer une somme mirobolante à François Fillon, du jamais vu.

  3. Kikou Répondre

    Ce que l’on reproche à Fillon peut être reproché à pratiquement tous les parlementaires… Les casseroles de Fillon sont loin d’égaler celles que traînent ceux qui lui ont fait mordre la poussière… Où est la justice ? La justice va-t-elle enfin nous montrer qu’elle n’est pas (ou plus !) aux ordres ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *