Comme Wauquiez, beaucoup déplorent les « petites corrections » de Macron



Emmanuel Macron « ne préside pas une start-up nation, il préside un peuple qui a une identité et des racines » a rappelé Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains (LR) au Sénat, alors que le président de la République souhaite lancer un concours international d’architecture pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Les mots du sénateur de Vendée ont d’une certaine façon anticipé sur la longue conférence de presse présidentielle présentée comme une restitution du « Grand Débat » ayant suivi le vaste mouvement des Gilets jaunes.

Hormis un certain art oratoire reconnu même par ses adversaires les plus tenaces, Emmanuel Macron semble finalement n’avoir pas suffisamment répondu aux attentes d’une majorité des Français qui considère qu’il n’a pas compris ses préoccupations majeures à savoir l’immigration massive, le communautarisme islamiste, l’insécurité croissante et la précarité économique et sociale.

A l’instar de Laurent Wauquiez, président de LR, qui parle de « petites corrections », beaucoup ont le sentiment que la conférence de presse élyséenne visait principalement à « gérer le temps » afin que La République En Marche (LREM), manifestement en perte de vitesse, ne soit pas trop distancée aux élections européennes par le Rassemblement National (RN) de Marine Le Pen.

Même chez quelques fidèles de LREM pointe désormais quelque déception concernant une véritable « disruption » qui paraît finalement impossible alors qu’ils espéraient que « Jupiter » prenne tout le monde à revers et lance enfin la « Révolution » progressiste qu’il souhaitait dans son livre-programme de 2016.

En effet, selon les informations disponibles, LREM perdrait actuellement en intentions de vote parmi ses propres électeurs plutôt que chez ceux qui ont exprimé un temps le souhait de voter pour la majorité présidentielle.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.


Cliquez ici pour soutenir l'indépendance de Le Politique.
Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter.

2 réflexions sur « Comme Wauquiez, beaucoup déplorent les « petites corrections » de Macron »

  1. Comme il fallait s’y attendre nous avons eu droit à des mots,des belles phrases des promesses lointaines….et finalement rien avant le premier janvier 2020 pour une partie des assujettis à l’IR……sauf que très rapidement des hausses vont intervenir …celle des carburants est déjà bien encours…celle de l’éléctricité est annoncée sous peu…et d’autre suivront(elles sont déjà programmées)..L’essentiel des revendications issues du grand débat sont passées à la trappe…
    L’annonce concernant l’ENA est en trompe l’oeil…destinée uniquement a faire croire au peuple qu’il change tout… en fait on repeindra la façade,on changera des meubles ,on fera une sélection plus “adaptée “. pour faire croire au changement…. mais sur le fond absolument rien ne changera…
    Une large majorité est insatisfaite de ce qu’il à annoncé ,car il a éludé les problèmes principaux des frabnçais en les reportant sur le premier ministre et son gouvernement…
    Ne vous étonnez pas dès lors si le vote des Français n’est pas celui que Jupiter attend…il fait tout pour le monopoliser le plus possible et la campagne est déjà engagée…mais voilà….a force de parler pour ne rien dire des véritables problèmes des Français…et de la France également….ses discours risquent fort comme le boomerang….de lui revenir en pleine figure lors des prochaines élections..
    Le bulletin de vote est dons la seule arme qui reste au peuple ..avant la révolution!
    Ce qui semblait peu probable hier devient possible aujourd’hui….La patience à ses limites d’une part, et se moquer des gens ouvertement en leur faisant miroiter un avenir plus souriant dans dix ans ou quinze ans….d’autre part .irrite de plus en plus…jusqu’au moment où…..

  2. La LREM est en perte c’est certain et en plus le vent tourne du cote des journalistes
    les journalistes vedettes qui ne vont jamais sur le terrain ont besoin des journalistes petites mains afin d’apporter les éléments de leurs éditoriaux, il se trouve que depuis quelques temps les journalistes de terrain sont largement victimes des violences policières, ils représentent 10% des blessés… cela explique la prise de position d’APATHIE pour défendre GLANZ mise en garde à vue pendant 48heures, j’ai regardé sur Cnew deux émissions une avec FERRARI et une autre avec Sonia MABROUK, ces deux émissions étaient très critiques envers le pouvoir, les invites étaient des antis MACRON convaincus de longue date.
    Une façon de dire à MACRON de la part des journalistes mais aussi des financiers de leurs médias : ATTENTION NOUS T’AVONS FAIT ROI MAIS N’OUBLIE PAS QUE NOUS POUVONS TE DETRUIRE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *