Après l’attaque de Condé-sur-Sarthe, le « retour » des djihadistes pose question



« Sommes-nous prêts à accueillir des centaines de djihadistes en provenance de Syrie et d’Irak ? » s’interroge un internaute sur les réseaux sociaux après la très violente agression de deux surveillants pénitentiaires. Le 5 mars 2019, un détenu islamiste de la prison de Condé-sur-Sarthe, près d’Alençon (61), a poignardé ces derniers avec un couteau en céramique puis s’est retranché dans l’unité de vie familiale (UVF) où il profitait d’un moment avec sa compagne.

Agé de 27 ans et condamné à une peine de 30 ans pour le meurtre d’un homme de 89 ans en 2012, Michaël Chiolo s’était converti à l’Islam en 2010 puis se serait « radicalisé » en prison et aurait souhaité « venger » Cherif Chekatt, auteur de l’attentat de Strasbourg en décembre 2018, selon le procureur de la République de Paris, Rémi Heitz.

« Il est ressorti très vite des premiers témoignages que le détenu, en se jetant sur les surveillants pénitentiaires avait crié Allahu Akbar », a d’ailleurs précisé le procureur, lors d’un point presse. Aussi, M. Chiolo aurait déclaré agir au nom de l’Etat Islamique (Daech) et vouloir mourir en martyr avec sa femme, contre lesquels le RAID est ensuite intervenu, blessant le premier et tuant la deuxième par balles.

Considérant l’importance du déploiement policier nécessaire à la neutralisation de deux individus armés d’un couteau et retranchés dans un endroit clos et surveillé, beaucoup s’interrogent donc sur la capacité de l’Etat à maîtriser les centaines de djihadistes aguerris que le gouvernement d’Emmanuel Macron s’est fait une priorité « d’accueillir » de retour de Syrie et d’Irak contre l’avis de 84% des Français.

« Si des professionnels entraînés et équipés ont tant de mal à neutraliser un unique individu, que se passera-t-il si plusieurs individus, de retour de Syrie, s’attaquent à des citoyens lambda ? » demande un internaute.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.


Cliquez ici pour soutenir l'indépendance de Le Politique.
Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter.

4 réflexions sur « Après l’attaque de Condé-sur-Sarthe, le « retour » des djihadistes pose question »

  1. Votre constat est le mien. Vos interrogations sont les miennes. C’est le bon sens qui doit être interpellé car nous allons mourir de notre naïveté et de notre capitulation.

    1. Nous passerons des états de siège, intermittents dans les grandes villes provinciale à Paris compris à une guerre civile qui sera effective ! nous n’en sommes déjà plus loin !

  2. le gouvernement est indifférent au danger de faire revenir ces monstres.Il faut les empêcher de revenir en France .Le président est coupable de complicité avec les terroristes si il ne fait rien contre leur retour

  3. On se paye de mots.
    Un condamné à perpétuité doit le rester, sans perspective de libération anticipée.
    Un fauve demeure dangereux. Il ne saurait être question de lui permettre d’évoluer sur un terrain de chasse sans prendre le risque de l’affronter ou de devenir sa proie.
    Ces populations criminelles sont irrécupérables.
    Il convient de les liquider physiquement avant qu’elles ne puissent recouvrer leur liberté sur le territoire national ou y revenir pour donner libre cours à leur vengeance ou à leur guerre.
    L’ennemi intérieur comme extérieur doit être considéré et traité comme tel et vu comme les métastases d’un cancer irrécupérable face auquel un organisme sain a le devoir de se défendre. Le reste n’est que lâcheté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *