En rapatriant 130 djihadistes, Emmanuel Macron et LREM prennent une « décision criminelle »



« Ce ne sont pas des Français. Ce sont des criminels de guerre, » a déclaré Bruno Retailleau (1), président du groupe Les Républicains (LR) au Sénat, au micro de Sonia Mabrouk sur Europe 1. En douze mots donc, l’élu de Vendée résume ce que pense la quasi-unanimité des Français au sujet du sort à réserver aux djihadistes et que le gouvernement d’Emmanuel Macron, par l’entremise de son ministre de l’intérieur Christophe Castaner, souhaite rapatrier.

Criminels de guerre, voire même « criminels contre l’Humanité » selon la définition de l’ONU, ces terroristes devraient être prochainement ramenés en France par avion spécial, aux frais des citoyens Français qu’ils ont pourtant juré de massacrer et qu’ils ont dûment massacrés ces dernières années à Paris, Nice, Trèbes, etc… Pourtant volontaires du « djihad » et partis délibérément, le gouvernement « progressiste » d’Emmanuel Macron pousse sa logique d’inversement des valeurs jusqu’à déresponsabiliser ces individus aux convictions pourtant aiguisées et même intactes selon les véritables spécialistes (2) du phénomène terroriste islamiste.


Sourd aux protestations des Français et aux réponses cinglantes de l’opposition politique, Emmanuel Macron s’entêterait dans une « stratégie suicidaire » dont l’incompréhensibilité confine au paroxysme tant il verrait le « fascisme » partout mais pas où il résiderait véritablement. Par une culture de l’excuse qu’il n’applique qu’aux « djihadistes » dont bien des Français peinent à comprendre pourquoi il les épargne tellement, Emmanuel Macron se coupe une fois encore des Français et prend surtout le risque immense d’inoculer à la France un peu plus de menace islamiste alors que celle déjà existante est maximale.

Emmanuel Macron pour qui ces individus « sont des Français avant d’être des djihadistes » ne comprendra probablement pas les mots de Patrick Jardin qui écrit sur les réseaux sociaux les mots suivants : « ma fille a été assassinée au Bataclan, je me sens humilié, trahi et insulté par cette décision criminelle de faire rentrer en France des salopards qui sont partis faire le djihad en Syrie et qui se sont entraînés militairement pour commettre des attentats. » (3)

Le rapatriement des « moudjahidines » d’Afghanistan en Algérie avait valu à cette dernière une guerre civile atroce durant les années 1990 et ayant occasionné des centaines de milliers de victimes. Outrés, des électeurs promettent déjà sur les réseaux sociaux de rappeler chaque jour d’ici les élections européennes 2019 que « La République En Marche (LREM) préfère les terroristes islamistes aux Français. »


Dans cette problématique d’une extrême sensibilité, Emmanuel Macron perd un peu plus de respectabilité et nombreux sont les internautes qui l’accusent ouvertement de « trahison ». Après 12 semaines de crise « gilets jaunes », Emmanuel Macron rallume en quelque sorte la mèche d’une contestation qui devrait logiquement s’élargir à la droite de la scène politique nationale, horrifiée par sa décision de rapatrier l’ennemi au cœur du pays.

Notes

Les mots entre guillemets sont des citations de propos lus sur les réseaux sociaux et postés par des citoyens Français représentatifs de l’opinion publique nationale, ils ne sont pas ceux de Le Politique.

(1)


(2) Les véritables connaisseurs du sujet ne passent que trop rarement dans les médias. Souvent à mille lieues de la ligne politiquement correcte du gouvernement LREM, ils ne font souvent que de rares apparitions médiatiques en raison de leur franchise et de leur honnêteté. Parmi eux, nombreux sont ceux ayant 15, 20, 30 voire même 40 ans au service de la France, ce dont ni Emmanuel Macron ni Christophe Castaner ne peuvent se prévaloir.

(3)

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une réflexion sur « En rapatriant 130 djihadistes, Emmanuel Macron et LREM prennent une « décision criminelle » »

  1. Après le pacte de marakech, voilà 130 djihadistes, ennemis de tous les peuples, que l’on va accueillir, messieurs Marcon et Castaner vous trahisez la nation et je demande à se que l’on vous mettent au arrêts et que l’on vous juges pour haute trahison envers la FRANCE et son peuple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *