Gilets jaunes : la « brutalité » d’Emmanuel Macron inquiète de plus en plus les Français



« Le président de la République et son gouvernement devront un jour être jugés pour leur répression contre le mouvement des Gilets Jaunes et contre de simples citoyens, » lit-on ci et là, et de plus en plus. Cette hypothèse résumée en une phrase unique et lourde de conséquences conquiert progressivement les esprits et tend à montrer que la situation générale est d’une particulière gravité.

Un tel développement n’est pas anodin considérant la chronologie des troubles qui émaillent la République depuis au moins onze semaines. Les sondages montrent une embellie dont La République En Marche (LREM) aurait tort de se réjouir car les données en provenance directe du terrain – qu’il soit virtuel ou réel – restent négatives.


D’abord, l’embellie ne provient pas d’une adhésion accrue à la politique menée par le gouvernement d’Emmanuel Macron mais résulte du souhait que la violence et les débordements ne prennent pas une ampleur démesurée qui menacerait la République. Cette inquiétude particulièrement palpable souligne l’attachement des Français, de toute opinion politique, aux institutions – dont le bicamérisme de contrôle avec le Sénat – mais ne saurait en aucun cas être assimilée à quelque soutien à la personne d’Emmanuel Macron.

En effet, surtout chez les citoyens de plus de 50 ans, c’est la fonction de Président de la République et de garant des institutions qui est ici plébiscitée, sans considération aucune de qui l’incarne.

Ensuite, les racines de la crise « gilets jaunes » sont autrement plus profondes que ne l’évalue l’autorité publique. Outre qu’elle vient de loin dans le temps, elle a eu le temps d’exposer à la masse critique de la population nationale non seulement les incohérences d’une société française perçue comme gravement en déclin mais aussi et surtout de souligner le décalage désormais immense entre le « peuple » et les « élites » qui, au motif d’un « grand débat national », interdisent toute discussion sur deux sujets pourtant perçus comme prioritaires par 80% des Français à savoir l’immigration et l’Europe.


Enfin, la multiplication des images choc de violence et de « gueules cassées » concernant de simples manifestants parfois aussi inoffensifs que des femmes âgées de 70 ans produit un effet hautement délétère parmi la population. Sans pour autant verser dans l’amalgame concernant les forces de l’ordre dans leur ensemble – plutôt le contraire dans les faits – il semble que les Français s’inquiètent de plus en plus vivement de la conjonction d’un Emmanuel Macron qui n’en ferait qu’à sa tête et de quelques éléments de forces non plus de l’ordre mais aux ordres d’un pouvoir politique de plus en plus perçu comme aux abois et donc comme « potentiellement dangereux ».

En conclusion, Emmanuel Macron l’ignore probablement encore mais une majorité de Français pourrait bien ne jamais lui pardonner ce qui est actuellement vécue comme une répression digne « des heures les plus sombres de notre histoire » et qui n’aurait, selon eux, guère à envier aux régimes les plus autoritaires.

Si une majorité des Français soutient encore les gilets jaunes à cette heure, ce n’est pas pour adouber sa frange minoritaire et violente mais – entre autres choses – parce qu’elle s’inquiète de ce qu’elle considère comme de la « brutalité » de la part d’un gouvernement présumé « en roue libre ». Ce que l’opinion publique ne pardonnera pas aujourd’hui pourrait donc bien être jugé demain en justice et il faudrait un miracle pour qu’Emmanuel Macron sorte indemne des graves circonstances qui animent son mandat présidentiel et dont l’élection en 2017 – ceci est fondamental – est souvent perçue à tort ou à raison comme « illégitime ».


Animer un débat national est une chose, comprendre l’état psychologique de la masse critique des citoyens et ses effets potentiels à long terme est autrement plus difficile. Tout emploi potentiellement excessif de la violence par le gouvernement contre sa population s’inscrit dans une mémoire collective dont les effets pourraient s’avérer dévastateurs pour le pouvoir en place. Aujourd’hui comme dans vingt ans, et sans prescription légale.

Le Politique a besoin de votre soutien, cliquez ici pour vous abonner.

Auteur : Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Une réflexion sur « Gilets jaunes : la « brutalité » d’Emmanuel Macron inquiète de plus en plus les Français »

  1. Quand un gouvernement use et abuse de la force il est clair que c’est l’annonce d’ événements .qui n’inspirent que de la crainte…qui se ressent fortement dans le pays.
    On ne gouverne pas ainsi durablement!
    Si l’on voulait transformer la République en dictature l’on ne s’y prendrait pas autrement!
    Mais y a une raison à cela….rien n’est laissé au hasard en politique.
    Les prochaines élections européennes vont être difficiles pour le Président qui a des vues sur l’Europe..il faut donc se montrer ferme et directif tout en jouant habilement par ailleurs pour diviser au mieux les adversaires…et au final conforter sa position européenne…et son image de marque auprès de Bruxelles…ce qui est vital pour lui.
    L’annonce d’une liste de gilets jaunes pour cette élection est l’assurance d’affaiblit le RN son principal concurrent….les autres restant empêtrés dans des divisions et querelles internes…motivant en outre certains départs, ce qui accroît le manque de confiance des électeurs dans ces partis…Les sondages d’opinions se montrent impitoyables à ce sujet d’ailleurs….
    Et également à faire le moins possible de réformes importantes(et coûteuses) avant ces élections du mois de mai..qu’il compte bien remporter.
    La partie n’est pas gagnée d’avance toutefois…le grand débat n’étant qu’une grande illusion..destinée à gagner du temps…..et surtout à tâter l’opinion pour savoir jusqu’où il peut aller sans mettre en péril son destin européen.,le seul qui compte à ses yeux.
    Ce Président étant un excellent disciple de Machiavel nous risquons de connaître encore pas mal de surprises.
    Reste à savoir surtout comment l’opinion publique réagira suite au grand débat et aux annonces qu’il fera ensuite.
    Grand est aussi le mystère!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *