Résiliente, Marine Le Pen abandonne la sortie de l’euro et se présidentialise



Objectivement et du point de vue de l’électorat, la métamorphose est rapide et elle donne des résultats probants alors que la crise des gilets jaunes poursuit ses multiples effets. Le Front National (FN) est devenu le Rassemblement National (RN) et ce dernier semble de plus en plus se distinguer du premier tant les changements ont été nombreux depuis l’élection présidentielle et le débat raté de 2017.

D’abord, le départ de Florian Philippot de la vice-présidence du parti a emmené avec lui une grande part « de l’aile gauche » qui déplaisait particulièrement à la portion de l’électorat de droite classique qui était tentée de voter Marine Le Pen. Ensuite, l’alliance entre les deux tours avec Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout La France (DLF), semble avoir montré aux cadres de RN combien une approche plus libérale et plus réaliste pouvait bénéficier à un parti qui semblait jouer l’éternel épouvantail cependant peu capable d’accéder au pouvoir.


Mais en abandonnant son idée-phare de sortie de l’euro, Marine Le Pen et le RN, en plus de bénéficier à plein du contexte actuel, font probablement « le grand bond en avant » qui pourrait bien leur ouvrir les portes du pouvoir. Alors que Les Républicains (LR) peinent à se faire entendre (1) et semblent même être sabotés de toutes parts par quelques-uns de leurs vétérans devenus de fervents partisans d’Emmanuel Macron, Marine Le Pen a su jusqu’à maintenant déjouer les pronostics et renaître de ses cendres, sachant tirer extrêmement bien parti de la part populaire et conservatrice du vaste et divers mouvement des gilets jaunes.

Dans le même temps, a-t-elle capitalisé sur la déstabilisation d’Emmanuel Macron et sur l’affaiblissement significatif de Jean-Luc Mélenchon, leader de La France Insoumise (LFI). L’abandon programmatique de la question de la sortie de l’euro et l’appel à une « nouvelle gouvernance de la zone euro » sont deux étapes potentiellement fondatrices qui responsabilisent en quelque sorte Marine Le Pen auprès d’une portion accrue de l’électorat de droite jusque-là réticent à lui donner son vote.

Non seulement la dynamique européenne pourrait la porter, considérant l’immigration record avec plus de 400.000 entrées en France en 2018 et considérant la popularité de son allié Matteo Salvini en Italie où même des anciens électeurs du Parti Démocrate (gauche) le soutiennent désormais, mais aussi en rompant avec sa ligne non-conventionnelle (sortie de l’euro voire Frexit), Marine Le Pen menace directement les chances de réélection d’Emmanuel Macron et prouve sa capacité à surmonter les difficultés et à se remettre en question.


Oubliée l’abîme de juin 2017, Marine Le Pen est plus que jamais de retour sur le devant de la scène politique française en à peine un an et demi. Qu’on l’apprécie ou non, qu’on la combatte ou qu’on la soutienne, une telle capacité de rebond est rare et ne laissera probablement pas l’électorat insensible. Marine Le Pen se présidentialise.

Le Politique a besoin de votre soutien, cliquez ici pour vous abonner.

Notes

(1) Du fait notamment d’un traitement médiatique injuste et inéquitable.


Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

4 réflexions sur « Résiliente, Marine Le Pen abandonne la sortie de l’euro et se présidentialise »

  1. Marine Lepen est comme Dupont Aignant des manipulateurs qui mentent souvent pour attirer à eux les citoyens mal informés et en disant cela j’ajoute que je n’ai pas voté pour EM qui s’est toujours comporté comme ces deux là ce qui explique la situation actuelle de la France.

    1. Marine Le Pen a toujours été d’une très grande clairvoyance sur les événements à venir. Ce que ses opposants ou détracteurs appellent “mensonges” ne sont que les alertes sur les intentions de ceux qui nous gouvernent. Elle ne manipule personne. Simplement lorsque les gens constatent que ce qu’elle disait se confirme, ils sont bien obligé d’admettre qu’elle n’avait pas tord… Ce n’est quand même pas elle qui créait les événements ! Les citoyens attirés par Marine Le Pen ne le sont pas parce que “mal informés”mais parce qu’ils voient en elle la sincérité, une grande vérité et un amour pour notre pays. La présenter comme l’une des “responsables de la situation actuelle de la France”est à se tordre de rire. Il faut avoir l’honnêteté de reconnaître que tout a été mis en oeuvre pour qu’elle ne puisse pas arriver au pouvoir ( et en 2017 pas plus elle que personne d’autre…) Elle n’a donc aucune responsabilité dans le fiasco français. Toutes les politiques qui ont été mené jusqu’à maintenant et qui “explique la situation actuelle”, se sont toujours violament opposés, car elle risquait de déjouer leurs projets, ils ont toujours détourné ou dévié ses propos et ses intentions. Faisant barrages à ce qu’elle proposait intelligemment, avec bon sens …

  2. Marine Lepen est comme Dupont Aignant des manipulateurs qui mentent souvent pour attirer à eux les citoyens mal informés et en disant cela j’ajoute que je n’ai pas voté pour EM qui s’est toujours comporté comme ces deux là ce qui explique la situation actuelle de la France.

  3. Marine Lepen est comme Dupont Aignant des manipulateurs qui mentent souvent pour attirer à eux les citoyens mal informés et en disant cela j’ajoute que je n’ai pas voté pour EM qui s’est toujours comporté comme ces deux là ce qui explique la situation actuelle de la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *