Quand Quotidien invite Mehdi Meklat, excuse l’antisémitisme et l’islamisme



« L’écrivain Mehdi Meklat » comme l’écrit France Info, annonçant ainsi que n’importe qui d’ordurier est donc un « intellectuel », a été invité par l’émission Quotidien (1). Cette dernière, émission télévisée si prompte à donner des leçons aux Gaulois réfractaires, a invité M. Mekhlat, un inconnu subventionné sorti de l’anonymat grâce à des propos d’une violence inouïe.

« Qu’ils crèvent » écrivit-il au sujet de Charlie Hebdo dont on connait la terrible fin puisque sa rédaction fut massacrée par des islamistes. « Faites entrer Hitler pour tuer les juifs » ajoutait le saltimbanque, plaidant là le simple humour et si ces mots vous choquent, alors vous êtes donc un peu « anti-Arabes ». D’ailleurs, sans ces derniers, écrivit Mehdi Meklat, « nous n’aurions pas eu Mohammed Merah » qui assassina notamment des enfants juifs à bout touchant.

Ainsi donc, l’émission Quotidien présentée par Yann Barthès, qui n’a jamais de mots assez durs contre le salaud de pauvre qui vote « populiste » et qui crève la faim, invite donc un antisémite notoire et un apologiste du terrorisme présumé dont l’excuse pour son « humour » serait le racisme des Français voire d’Etat. Ce même Etat qui ouvre ses ondes, ses chaînes et ses subventions à un individu qui, s’il s’était appelé Bernard ou Jean-Pierre, aurait été banni à vie des médias, viré de son travail et condamné en justice.

Quant à Quotidien, haut-lieu de la « lutte » subventionnée et bien au chaud dans les beaux quartiers parisiens contre les affreux « nationalistes », il combat le « populisme » en invitant ce qui révulse le plus une majorité de Français exaspérée de cette mansuétude insupportable.

Si enclin à dénoncer tout ce qui n’est pas « progressiste », Yann Barthès peut s’enorgueillir de pousser ainsi les Français vers le « populisme », alimentant ainsi son fonds de commerce excessivement rentable d’où il peut juger « ceux qui ne sont rien » et leur intimer de « bien voter ». Et après de se victimiser comme Mehdi Meklat et de se demander pourquoi tant de Français détestent les médias.

Notes

(1)

Auteur : Jacques Dubuisson

Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *