Gilets jaunes : le mouvement cristallise les humiliations et les privations accumulées



Regardez combien la France a décliné sur de si nombreux points depuis des décennies et vous comprendrez aisément les sources de la colère populaire qui investit peu à peu le pays.

La vague se creusait depuis bien longtemps mais le gouvernement a préféré rester aveugle, sourd et muet aux multiples informations dûment documentées leur indiquant noir sur blanc l’exactitude de la situation d’exaspération générale. Les gilets jaunes ne sont pas uniquement le fruit d’une révolte sur le coût des taxes sur les carburants mais le résultat d’un ensemble devenu insurmontable et insupportable à une part croissante des Français.

Du massacre islamiste de Charlie Hebdo, du Bataclan et de Nice, de l’humour dégueulasse des « humoristes » – et même parfois pseudo-« conseiller » d’Emmanuel Macron – sur les Poilus de la Grande guerre à l’abandon de toute souveraineté au profit d’une vision du monde totalement déconnectée de la réalité quotidienne de ceux « qui ne sont rien » à la « transition écologique » qui ne changera rien au fait que la Chine pollue en une journée autant que la France en une année à l’imposition de réglementations de plus en plus délirantes imposées par un Bruxelles jamais élu – et surtout pas par le peuple, l’addition excessivement salée du « nouveau monde » mène droit à la catastrophe.

Préservés, cajolés et entretenus avec l’argent des « sans-dents », les « élites progressistes » pensent qu’il suffit de le décider pour que le Peuple disparaisse sauf que la réalité rattrape peu à peu la fiction qu’ils se sont créée aux frais de ceux qu’ils méprisent.

Ce n’est pas la taxe sur le carburant qui a mis « le feu aux poudres » mais une accumulation d’échecs, de renoncements, d’incompétences, parfois criminels comme ces attentats islamistes commis par des individus qui n’auraient jamais dû être en France si le gouvernement avait fait son travail.

S’il suffisait d’être bien né et d’être « premier de cordée » pour bien gouverner, la France serait un paradis. Trouvez-vous sincèrement qu’il en soit ainsi aujourd’hui ?

Auteur : Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *