Patriotisme et nationalisme : Emmanuel Macron persiste dans l’erreur



Dans son discours à l’Arc de Triomphe le 11 novembre 2018, pour la cérémonie du centenaire de la guerre de 14-18, le Président de la République Emmanuel Macron a déclaré : « Le patriotisme est l’exact contraire du nationalisme. Le nationalisme en est sa trahison. »

Puis, pour ceux qui n’auraient pas bien compris le message, il a repris son antienne – à  l’usage des élections européennes du printemps 2019 – par une mise en garde sur le risque que le « cours tragique » de l’histoire pouvait encore reprendre. Par réflexe, peut-on donc consulter le Petit Robert pour voir les définitions de chacun des deux mots.

Dans la première acception du terme « nationalisme », on est invité à regarder chauvinisme et patriotisme. Pour la deuxième, en tant que doctrine, il est proposé de lire : Le nationalisme intégral de Charles Maurras. Quant à la troisième, il s’agit de la doctrine d’un mouvement politique qui revendique pour une nationalité le droit de former une nation.

Dans tout cela, je ne vois rien de bien inquiétant puisque, si j’en crois ma carte nationale d’identité, délivrée par la République française, il est bien précisé que je suis de « nationalité française ».

Tout cela pour dire que la vision – à mon sens fausséede l’Histoire qui habite Emmanuel Macron explique pourquoi il revient, régulièrement, sur le thème de la « souveraineté européenne » qui n’existe pas dans l’état actuel des choses (voir Titre Premier de notre Constitution de 1958).

Cette fausse bonne idée est-elle liée à un rêve d’une Europe supranationale, ou à une seule ambition personnelle ? Alain Peyrefitte, dans son ouvrage consacré aux très nombreux entretiens qu’il avait eus avec le général de Gaulle, il y a cette réponse du général : « Pour éviter les pièges du nationalisme, soyons des nationaux ! »

Auteur : Francis Demay

Francis Demay est Saint-Cyrien et Colonel (er), ancien de la MMFL et de la DGSE.

4 réflexions sur « Patriotisme et nationalisme : Emmanuel Macron persiste dans l’erreur »

  1. Dans l’optique d’Emmanuel Macron les nations devraient toutes s’effacer pour se fondre en un seul “pays” d’Europe sous le nom d’Union Européenne et imposer ainsi la souveraineté européenne, avec un seul président… Au modèle, on l’imagine, des Etats Unis d’Amérique fondés eux, seulement depuis 1776 … Les “nationaux” ou “nationalistes de nombreux pays de l’UE n’ont pas cette vision de la patrie, ni de la nation. Ils sont attachés à leurs racines, à leur histoire, à leur culture. Ils souhaitent retrouver leur pleine souveraineté dans une Europe qui respecterait les peuples qui ont construit leur pays au cours des siècles et des siècles d’histoire. Quand après la dernière guerre est né le projet d’une communauté européenne (CE), partageant raisonnablement un certain nombre de règles d’échange commerciaux, agricoles, le marché “commun”, erasmus…(CEE) de nombreux pays européens ont adhéré heureux de partager cette amitié européenne tant que chacun conservait sa liberté nationale pour le bien être de son peuple. Peu à peu, tout a été pris en main par les banques, les trusts, les affairistes. les pays perdent leur souveraineté, gérés par Bruxelles. Certains (les plus pauvres venus plus tard) ont été rendus entièrement dépendants par les subventions de l’UE qui elles étaient alimentées par les contributions démesurées, des autres qui s’endettent de plus en plus (et aux plus forts taux d’intérêts) auprès du seul établissement bancaire officiel : la Banque Centrale Européenne, les états n’ayant plus ni banque ni monnaie nationale.
    C’est bien une “Europe” de banquier que veut Macron, avec un tiroir caisse à la place du cœur. Niveler les peuples de 28 pays au bulldozer, combler avec une main d’oeuvre non qualifiée venant en masse d’Afrique ramenant ainsi le coût du travail à la baisse. Noyer les cultures d’origine. Métisser les populations… Anéantir la civilisation européenne en visant la mondialisation. La France a élu un président encore plus fou qu’Hitler.

    1. J’adhère totalement à TOUT ce que vous venez de dire. Votre dernière phrase je la pense souvent et c’est bien ce qui rend notre époque particulièrement inquiètante avec un tel personnage aux manettes de notre pays. J’ajouterais juste que c’est une petite minorité qui l’a mis là et que les 60% d’abstentionnistes ont beaucoup aidé à réaliser ce qui se fomentait pendant toute la campagne électorale. Nous avons été abusés mais nous allons en payer le prix fort même si nous n’avons pas voté pour lui

    2. Mais c’est completement fou. Il faut lire le discours de Macron ce qu’il présentait en Aix-la Chapelle quand il a reçu l Prix Charlemagne. Il a toujours peint une vision dans laquelle les nations différentes de l’Europe célèbrent leur propre culture, mais en traversant les barrières, parce-qu’il y a beaucoup des choses qui unissent le continent. Si la politique économique des décennies passées ont créé une résultat négatif pour un grand nombre de peuple, ça n’est pas la faute de Macron. Il veut refondre l’Europe par la culture, et ça veut dire une renaissance de l’idée Européenne qui n’est pas l’idée des banques et les grands businesses, au contraire, c’est quelque chose très différente. Mais d’abord il y a le défi de corriger la situation et ça, c’est difficile. Il faut comprendre ce qui est la vision de Macron et ça veut dire: lire et comprendre ses visions Européenne.

      1. Seriez-vous l’un des nombreux trolls russes qui parsèment le web de commentaires qualifiés de pro-Poutine avec la même présence de ces fautes d’orthographe liées à la traduction logicielle ?

        A moins que vous ne soyez qu’un troll d’En Marche.. Ce serait fou ! Et ce qui encore plus fou, ce serait de constater les actes sans se fier uniquement aux paroles.. Dingue alors !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *