Même dans le 16ème à Paris, l’insécurité n’épargne vraiment plus personne



La sécurité est le premier droit du citoyen et au fondement du contrat social passé entre ce dernier et l’Etat. Malheureusement, depuis plusieurs années la situation s’est profondément dégradée au point que les statistiques officielles sont loin de traduire réellement l’ensauvagement qui détériore le lien social, traumatise des familles entières et propulse avec logique le « populisme » à des niveaux inédits.

Pour preuve, l’interminable liste d’agressions – de plus en plus violentes et souvent sexuelles – qui gangrènent le 16ème arrondissement de Paris dont on pense souvent à tort qu’il compterait parmi les quartiers les plus préservés du pays.

Emmanuelle Gave, avocate et candidate à l’élection Européenne 2019 pour la liste « Les Amoureux de la France » – avec Nicolas Dupont-Aignan (DLF), vient justement de lancer un fil Twitter (1) sur ce sujet brûlant qui démontre combien la situation sécuritaire générale se précarise et laisse craindre la transformation progressive de la France en un futur Brésil ou Afrique du sud version Europe de l’Ouest.

« La mairie du 16ème est à l’écoute mais manque de moyens » précise Mme Gave qui explique « qu’en tant que mères de famille, nous sommes lassées de ce manque de sécurité pour nos enfants et nos biens. »

Dans une longue liste de mots échangés entre Mamans du 16ème et partagés par Emmanuel Gave lit-on des faits d’une extrême gravité tel ce jeune garçon de 13 ans qui se rendant au collège de Gerson « s’est fait toucher les parties par un homme d’une trentaine d’années » ou encore ces cambrioleurs qui se sont introduits dans l’appartement d’une famille et qui « ont littéralement tabassé le fils de 16 ans », motivant ainsi toute la famille à déménager.

Dans les « beaux quartiers de Paris » comme partout ailleurs en France, il est urgent de rétablir enfin la sécurité et la tranquillité publiques avec toute la force de l’Etat.

Notes

(1)

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *