Faible et désarmée, l’Europe est l’« open bar » du criminel et du délinquant



Aucun, absolument aucun autre endroit sur terre n’offre une aussi libre circulation à tout ce que le monde criminel peut « offrir » de dommageable à des pays développés. L’été 2018 a été meurtrier et sanglant, parsemé de très nombreux « faits divers » dont la motivation à la limite du terrorisme et de l’extrémisme semble parfois un peu trop vite écartée par les autorités.

Assassinats au couteau, agressions à coups de broches à boucher, écrasements par véhicule, tentatives de meurtre indiscriminées contre des civils comme contre des policiers, provocations outrancières et apologies du terrorisme ; l’Europe ressemble en plus en plus à une vaste zone de non-droit où les forces de l’ordre, courageuses mais plus assez nombreuses, semblent désormais dépassées en nombre comme en capacité.

En France comme en Espagne ou en Allemagne ; mais beaucoup moins désormais en Italie ou en Autriche, les criminels, les délinquants, les apprentis-terroristes se livrent à leurs activités dans une impunité croissante à l’image d’un clandestin tout juste condamné à 3 ans de prison ferme pour 4 tentatives de meurtre au couteau et, terrible dissuasion, interdit de séjour… en Dordogne. Une condamnation pathétique pour des faits d’une extrême gravité commis dans une France forcée au silence et doté d’un gouvernement à l’inconcevable manque de réalisme.

Au fort de Brégançon, la dolce vita présidentielle qui coûte « un pognon de dingue » au contribuable qui risque désormais sa vie, pour un « regard », une « cigarette » ou pour simplement rien du tout et partout, semble couper définitivement ceux en charge de notre protection et de notre souveraineté de tout principe de réalité.

La France et plus largement l’Europe de l’ouest sont en cours d’ensauvagement avancé, la criminalité progresse à grande vitesse et cet été 2018 restera comme celui de « l’open bar » des criminels et des délinquants, c’est-à-dire une situation indigne des droits fondamentaux des citoyens européens et à mille lieues de ce qu’ils sont en droit d’exiger de leurs gouvernements qui les asphyxient pourtant toujours plus d’impôts, de taxes et d’autres punitions.

L’hymne à la joie couvre de moins en moins bien les cris des Européens, exaspérés tant qu’ils ne sont pas encore assassinés chez eux, dans leurs rues, dans leurs supermarchés, voire même sur leurs lieux de vacances. Tirer la sonnette d’alarme concernant le populisme quand on laisse sciemment l’Europe devenir une prison à ciel ouvert est d’un cynisme insupportable. La loi et l’ordre doivent être rétablis immédiatement et force doit revenir à l’Etat dans toutes ses prérogatives régaliennes. La vie de nombreux citoyens européens en dépend.

Auteur : Claire Beauchamp

Claire Beauchamp est féministe, libérale et passionnée d'histoire politique.

2 réflexions sur « Faible et désarmée, l’Europe est l’« open bar » du criminel et du délinquant »

  1. Très bien résumé. Un vrai drame, voilà ou nous mène l’incompétence et le laxisme de nos politiques, plus intéressés à se servir qu’à servir les citoyens.

  2. Si l’on veut éviter d’employer l’anglicisme “open bar” pour limite l’usage de plus en plus important d’anglicismes dans notre langue, on peut utiliser l’expression équivalente en français qui est : “table ouverte” . Cela a la même signification de sans limite. Ainsi on peut dire : “L’Europe c’est la table ouverte du criminel et du délinquant”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *