Prendre le bus à Paris et sa banlieue est-il devenu une activité à haut risque ?



Il n’y a encore pas si longtemps, une classique tactique d’évitement de l’insécurité et des incivilités à Paris, ville dirigée par la socialiste Anne Hidalgo, consistait à prendre le bus plutôt que le métro. Mais voilà que plusieurs faits divers sanglants contestent la pertinence d’une telle tactique.

Il y a deux jours au petit matin, un cinquantenaire ayant protesté vis-à-vis d’un cycliste suite à la montée de ce dernier dans le bus accompagné de son encombrant vélo a été aussitôt égorgé. Aujourd’hui, un homme voit son pronostic vital engagé après s’être fait arraché l’oreille dans le bus par un autre individu.

Les deux personnes incriminées sont toujours recherchées et le gouvernement n’a toujours pas émis la moindre réaction face à l’aggravation soudaine de l’insécurité partout en France. Paris, ville lumière devenue d’une saleté discutable et où des quartiers sont devenus difficilement fréquentables à toute heure, n’est plus guère romantique.

Comme l’a très bien exprimé Xavier Lemoine (1), maire de Montfermeil, « aujourd’hui, chacun a des procédures d’évitement dans sa vie quotidienne pour passer à côté de ce qui pourrait mal tourner. C’est choisir ses horaires, être accompagné, choisir ses habits (2), son itinéraire, son emplacement dans le bus ou dans le métro. »

Est-ce normal qu’en France, on y vive de plus en plus comme dans des pays dont on lisait avec effroi l’actualité il y a seulement quelques années auparavant ? « Voyagez l’esprit léger » ne semble en tout cas pas pour demain. Si vous avez été témoin et/ou victime d’insécurité et/ou d’incivilité dans le bus, partagez votre témoignage en commentant en bas de page.

Lire aussi Insécurité, Adrien Perez et Alençon : la France est-elle une zone de non-droit ?

(1)

(2) « La France vit-elle déjà à l’heure de la charia ? » s’interrogent plusieurs internautes commentant sur les faits récents.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *