Affaire Business France : Macron serait-il responsable selon le décret de création ?



Le voyage à Las Vegas d’Emmanuel Macron alors ministre de l’économie et pourtant de fait déjà en campagne électorale pour l’élection présidentielle 2017 a provoqué la convocation de Muriel Pénicaud par la justice. Désormais ministre du travail d’Emmanuel Macron, Mme Pénicaud a participé à la création de l’agence Business France (ex-Ubifrance) en 2014 et l’a dirigé de 2015 jusqu’en 2017 lors de sa nomination au gouvernement d’Edouard Philippe.

Le parquet de Paris enquête depuis juillet 2017 sur l’organisation d’une soirée de promotion des start-up françaises à l’hôtel The Linq, organisée autour d’Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, à Las Vegas le 6 janvier 2016 en marge du Consumer Electronics Show (CES), dont l’organisation aurait été confiée à Havas, sans appel d’offres. Une information judiciaire pour favoritisme et recel de favoritisme a donc été confiée au juge Renaud Van Ruymbeke par le parquet de Paris.

Cette enquête lancée après l’élection présidentielle alors que l’affaire était connue bien avant pose la question des responsabilités. En effet, la majorité des médias parlent d’une « affaire Pénicaud » mais quelle était l’autorité « de tutelle » de Business France ? Selon l’article 4 (1) du décret de création de Business France du 22 décembre 2014 notamment concernant les dépenses, c’était Emmanuel Macron lui-même en sa qualité de ministre de l’économie.

« L’agence exerce ses missions en coordination et complémentarité avec le réseau international des ministères chargés de l’économie et des finances, » dit le décret. Aussi, « là où Business France ne dispose pas de bureau, la convention établit les conditions dans lesquelles les moyens mis en œuvre par le réseau à l’étranger du ministère chargé de l’économie peuvent être complétés par ceux de Business France, notamment par l’affectation, auprès des services économiques, de personnel ou par la prise en charge de certaines dépenses de fonctionnement nécessaires à la réalisation des objectifs fixés, » précise-t-il.

Notes

(1)

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une réflexion sur « Affaire Business France : Macron serait-il responsable selon le décret de création ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *