Terrorisme, délinquance, zadistes : la grogne monte parmi les forces de l’ordre



Après les attentats terroristes islamistes perpétrés à Carcassonne et à Trèbes le 23 mars 2018, des policiers et des gendarmes avaient exprimé leur incompréhension face à la déconnexion et au grave manque de lucidité des dirigeants politiques.

En sus de l’absence de toute décision de fond de nature à vaincre enfin l’islamisme qui menace profondément la République, la croissance vertigineuse de la criminalité et de la délinquance paraît désespérer les forces de l’ordre.

Pourtant parmi les plus efficaces en comparaison des moyens et des effectifs limités dont elles disposent, ces dernières estiment que leurs tâches sont souvent “démontées” par une justice trop clémente et une direction politique trop peureuse.

“Combien de fois arrête-t-on un même délinquant en une semaine ? Parfois deux, trois, quatre, cinq fois et chaque fois le même scénario se répète. Interpellation, garde à vue, renvoi,” explique une source policière “de proximité”.

“On ne compte plus les jeunes qui, à seulement 18-19 ans, ont déjà une dizaine voire une quinzaine de condamnations derrière eux et pas seulement pour vol à la tire. Ils sont libres, alors comment voulez-vous qu’ils reconnaissent une autorité et surtout l’autorité publique dans ces conditions ?” demande une autre.

Goutte d’eau qui pourrait faire déborder le vase déjà plein des forces de l’ordre, les atermoiements du gouvernement d’Emmanuel Macron face à la montée des violences dans les affrontements entre gendarmes et zadistes à Notre-Dame-des-Landes (NDDL).

La première phase de l’évacuation s’était plutôt bien passée sauf que quelque inexpliquée hésitation au sommet aurait permis aux plus durs zadistes de s’organiser pour affronter bien plus durement les forces de l’ordre. Inquiet du risque de dérapage et critiqué sur sa gauche, l’Elysée aurait demandé à tenir le terrain en évitant tout emploi de « réponse musclée ».

Sauf qu’apparemment les gendarmes affronteraient l’arme aux pieds une violence soudainement accrue – des explosifs artisanaux auraient été lancés contre eux – occasionnant de nombreux blessés dans leurs rangs et une incompréhension quant à la consigne présumée donnée de ne pas riposter comme la loi l’autorise.

De démissions en renoncements, le pouvoir politique semble perdre la confiance microscopique qui le liait encore aux forces de l’ordre.

« L’ensauvagement est la réalité en France qu’ignorent les beaux quartiers où vivent agréablement ceux qui sont élus pour nous gouverner. C’est peut-être cela le fond du problème, » conclut un ex-policier, quelque peu dépité comme beaucoup d’autres.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une réflexion sur « Terrorisme, délinquance, zadistes : la grogne monte parmi les forces de l’ordre »

  1. Les problèmes actuels existent depuis longtemps et n’ont fait que grandir au fil des Présidences….Il n’est que de regarder les statistiques qui, même si elles ne sont pas d’une exactitude absolue ,indiquent très clairement la tendance…Tout a été dit ou presque sur le sujet….mais les actes n’ont pas suivi…pour différentes raisons la principale étant que les différents gouvernements n’ont pas osé
    jeter un pavé dans la mare de peur des réactions…..
    Quand on vous vole votre voiture,que l’on arrête les voleurs.;et que l’on vous dit ne portez pas plainte car sinon ils vous retrouveront ….ça en dit long sur l’état de décomposition de notre société..
    La police fait ce qu’elle peut avec les moyens qui sont les siens et en obéissant aux ordres en priorité…Le fait est que personne en haut lieu n’a le courage de prendre des décisions pour protéger réellement le citoyen, le communautarisme se dressant devant la loi…trop souvent….le moindre acte de police devenant sujet a polémique..tournant systématiquement au racisme et aux débordements de toutes sortes..Certes tout n’est pas idyllique dans les rangs des forces de l’ordre mais au train ou l’on va..plus personne ne voudra prendre le risque de combattre la délinquance…..13000 fichés S en plus a surveiller….et le nombre n’est pas orienté à la baisse…c’est décourageant!
    Qui maintiendra l’ordre alors?
    Peut-être de futurs robots policiers seront la solution envisagée avec les progrès de l’intelligence artificielle pour aider les forces de police….dans les endroits et les missions les plus difficiles.
    L”avantage c’est qu’ils seront toujours disponibles ,jamais fatigués ,insensibles à la douleur, …et obéissants sans émettre la moindre protestation .quelle que soit la situation.
    Peut-être une réalité plus proche que l’on ne pense….allez donc savoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *