Les agressions de médecins sont le symptôme d’une maladie plus grave



Une étude du Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM), citée par Le Parisien, révèle que le nombre de médecins victimes d’agression a dépassé le millier en 2017, un record dramatique qui traduit une situation générale inquiétante. Pire, précise l’étude, 51% des médecins agressés en 2017 sont des femmes contre 46% en 2016.

« Il n’y a jamais eu autant de violences. Ce sont des insultes, des crachats, des vols, des agressions sexuelles, des coups, » explique Hervé Boissin, coordonnateur de l’observatoire de la sécurité au CNOM. Pour améliorer la sécurité des médecins, Dr. Boissin conseille la création d’une application qui relierait à distance les médecins aux forces de police ou de gendarmerie.

Si toute idée qui peut améliorer la sécurité des médecins est bienvenue, cette idée d’application semble être un sparadrap sur la plaie béante d’une violence endémique qui en concernant de plus en plus de médecins traduit en fait une aggravation très largement constatée par ailleurs parmi la population.

La lutte contre l’insécurité reste trop limitée et la justice trop clémente tant face à la violence des délinquants que face au préjudice, souvent extrêmement traumatisant, subi par les victimes. Le fait que les médecins ne soient plus du tout épargnés montre à quel point la situation s’est dégradée sans pour autant que les dirigeants politiques ou les institutions judiciaires ne se soient remis en question.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.


Cliquez ici pour soutenir l'indépendance de Le Politique.
Rejoignez-nous sur Facebook et sur Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *