Désarroi dans les forces de l’ordre : « Macron est comme Hollande, à côté de la plaque. »



L’islamisme poursuit sa croissance rapide en France et en Europe. L’assassinat de civils innocents à Carcassonne et à Trèbes le 23 mars 2018 par un islamiste dûment fiché et même « surveillé » par la DGSI est extrêmement mal vécu par les personnels de police, de gendarmerie nationale et des services de renseignement.

« Pour nous, c’est comme une histoire sans fin, on fait ce qu’on peut mais quand en haut, ça veut pas bouger… » soupire l’un de ses membres, dépité face à la violence de la situation. « Au château* comme à Matignon, on traite avec des personnes qui n’ont aucun semblant de lien avec le réel. On passe plus de temps à essayer de les convaincre de ce qui se passe dans le pays plutôt qu’à chercher des solutions, vous voyez le souci. » ajoute-t-il.

Ils sont de plus en plus nombreux, anonymement car leur statut les en empêche, à exprimer leur désarroi face à l’immobilisme des dirigeants politiques. Si la mort héroique du lieutenant-colonel Arnaud Beltrame les inspire tous, les effectifs en charge de notre sécurité nationale s’inquiètent que sa mort puisse avoir été vaine.

« Au 55*, on ‘pense printemps’ alors vous savez l’héroisme de celui qui était en fait leur antithèse, cela les gêne et même les vexe, ‘Jupiter’ sent bien qu’il n’est pas grand-chose à côté d’un Arnaud Beltrame. Alors au lieu de foncer, de faire ce qu’il faut, il s’enferme dans son univers comme l’avait fait Hollande après le Bataclan, » explique un observateur.

Fondamentalement, Emmanuel Macron semble donc s’inscrire dans la continuité de François Hollande, se limitant à des discours qui ne sont guère suivis d’actions réelles et profondes. Préférant balayer comme démagogiques les propositions de ses adversaires politiques, le président de la République oublierait l’essentiel : la sécurité des Français.

Chez les policiers, chez les gendarmes, chez les officiers de renseignement, est partagé un même constat à savoir que la situation à long terme concernant l’islamisme en France est tout simplement dramatique. C’est en substance ce qu’a dit Manuel Valls ce week-end. « On n’est pas sorti de l’auberge et dedans y’a des milliers de loups qui veulent nous dévorer, » résume une source policière.

Constat accablant d’un pouvoir politique totalement dépassé ?

* L’Elysée.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

2 réflexions sur « Désarroi dans les forces de l’ordre : « Macron est comme Hollande, à côté de la plaque. » »

  1. Au prochain fiché S qui séme la terreur & tue sur notre sol, le gouvernement devra en repondre devant la justice des Français(es). Il en portera conséquement la totale et entiére responsabilité. La CDEH (Commission Européenne des Droits de l’Homme, Strasbourg) devrait etre saisie immédiatement & en amont par les français(es). Pour ce faire, il faudrait constituer un collége à l’endroit de déposer une plainte en constitution de partie civile.
    Quand un ennemi de la Nation reste en liberté, en pleine jouissance de ces actes, sans que le gouvernement n’intervienne, alors l’on peut dire avec certitude que ce gouvernement trahit son peuple et son pays, en pleine connaissance de cause !
    Les meurtres, les assassinats, les attentats, servent au gouvernement pour faire passer des lois de plus en plus liberticides, au pretexte de notre sécurité. La dictature est en marche ,comprenne qui pourra..

    http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/philippe-sur-les-fiches-s-les-expulser-tous-les-enfermer-tous-dire-cela-c-est-meconnaitre-profondement-nos-outils-de-renseignement-1052063.html

    https://secure.avaaz.org/fr/petition/Gouvernement_de_la_Republique_francaise_Sommation_des_Francaises_au_gouvernement_VIRER_LES_FICHES_S_DE_FRANCE/?cFrETmb

  2. Fini les discours d1 président qui livre son pays à l’ennemi. Il faut imposer la loi martial avant qu’il soit trop tard . Trop de sang à couler suite au laxisme d1 gouvernement qui ne respecte pas le pays et ses valeurs .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *