L’abandon des Kurdes est une double faute, estime Bruno Retailleau



L’entrée – d’autres diront « l’invasion » –  de l’armée turque dans la ville à majorité kurde d’Afrin (Syrie) suscite de nombreux commentaires et une majorité, du moins dans l’opinion publique française, est négative.

Parmi eux trouve-t-on celui de Bruno Retailleau qui s’est fendu d’un communiqué pour expliquer que les relations internationales sont « bien un domaine où la communication ne suffit pas. »

Dans cette pique directe au président de la République Emmanuel Macron, le président de Force Républicaine (FR) et du groupe Les Républicains (LR) au Sénat dénonce le silence de la France face à ce « nettoyage ethnique » et le « virage à 180 degrés de la position française » de soutien aux Kurdes.

« L’abandon des Kurdes est une faute humanitaire car nous assistons à un nettoyage ethnique, c’est une erreur politique puisque nous laissons se réinstaller en Syrie des groupes qui n’ont rien à envier à Daesh (Etat Islamique – EI), c’est aussi une erreur diplomatique parce que nous nous effaçons et abandonnons nos alliés quand ils en ont le plus besoin de nous. » insiste Bruno Retailleau.

En attendant, la position de la France au Levant reste difficile à cerner après que le chef d’état-major des Armées le général François Lecointre a déclaré qu’elle pourrait y mener une opération militaire « en autonomie ».

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *