Le terrorisme islamiste pourrait frapper à nouveau et bien plus durement



Depuis quelques semaines et si l’on occulte bien des faits passés en « divers » dont la connotation islamiste est pourtant notoire, la menace terroriste paraît s’être affaiblie. Les terribles assassinats de masse commis par les islamistes à Paris, à Nice et ailleurs en France en 2015 et en 2016 ont forcé les pouvoirs publics à adapter la lutte antiterroriste et à en augmenter les moyens techniques, humains et légaux.

En parallèle à l’effondrement – pour le moment – de l’Etat Islamique (EI, Daesh) en zone syro-irakienne, la propagande suscitant des vocations et des passages à l’acte a faibli elle aussi, réduisant d’autant les velléités fanatiques de quelques individus opportunément présumés « déséquilibrés ». Ce calme relatif est louable mais il inquiète les spécialistes qui redoutent qu’il puisse abaisser la vigilance collective et la détermination de l’Etat à lutter contre l’ennemi.

La France reste une cible constante aux côtés des Etats-Unis dans les menaces diffusées par les réseaux djihadistes à travers le monde et le retour des « revenants » de Syrie et d’Irak, traités avec une certaine clémence surtout pour les effectifs féminins par la justice, augmente sensiblement la charge de travail des services de renseignement.

A celle-ci s’ajoutera prochainement la sortie en masse des prisons de centaines d’islamistes condamnés à de courtes peines fermes pour soutien, propagande ou apologie du terrorisme. Aux « présents » et aux « revenants » viendront se donc cumuler les « sortants » parmi les effectifs islamistes croissants opérant en France et au cœur d’une Europe dépourvue de toute maîtrise de son territoire et aux frontières toujours grandes ouvertes à qui veut en abuser et la détruire.

François Fillon avait proposé de « vaincre le terrorisme islamique », Emmanuel Macron semble préférer « vivre avec ». Le prochain attentat qui tuera des innocents et détruira des familles résultera directement de cette politique incompréhensible et unique au monde qui consiste à conserver, en liberté et sur notre sol, des individus notoirement hostiles.

Auteur : Jacques Dubuisson

Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Une réflexion sur « Le terrorisme islamiste pourrait frapper à nouveau et bien plus durement »

  1. Rome a connu dans le passé lointain une décadence notoire…Nous risquons d’y tomber en plein dedans.. et ne réagissons pas vraiment…Au contraire notre laisser aller frontalier notamment ouvre toute grande ses portes a des individus qui veulent détruire ce monde d’infidèles,On fait même revenir ceux qui ont combattu avec les ennemis de la civilisation occidentale. pour les réinsérer!! Y croit-on réellement.?….. Notre défense dans ce domaine est insuffisante mais au plus haut niveau on ne s’en s’en soucie pas plus que ça..Au contraire on va relâcher des gens susceptibles de se radicaliser s’ils ne le sont pas déjà…Et ce n ‘est pas dans les Mosqués ou autres lieux des quartiers de certaines cités importantes que les prêches islamistes s’arrêteront…la loi républicaine n’y a pas accès…c’est dire ou nous en sommes.!…Sans doute au début de la fin si nous n’y mettons pas bon ordre ! L’histoire se répéterait donc?. Il est grand temps de la relire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *