Pouvoir d’achat et taxe d’habitation, En Marche vers le déni !



Comme en mars 2017 lorsque nous avions révélé le projet d’En Marche de « remodeler la taxe foncière » en y incluant « une part variable », la panique s’empara de l’équipe de celui qui allait devenir président de la République. Emmanuel Macron démentit de sa propre initiative et de lui-même les rumeurs sur le plateau de France 2 quelques jours plus tard.

Sauf qu’au lieu de simples rumeurs s’agissait-il de véritables questions auxquelles jamais En Marche n’a voulu répondre car elles mettaient en évidence la terrible lacune du programme présidentiel à savoir l’impossible compensation de la suppression de la taxe d’habitation par de simples – et virtuelles – « promesses d’économie ».

>>> Suivez Le Politique sur Facebook et Twitter.

Afin de couper court à tout débat pourtant légitime, Républicain et démocratique, En Marche avait exigé que Le Politique retire ses articles et publie un démenti. Nous publiâmes leur démenti mais nous avons continué à poser encore et toujours la même question :

« Comment va être remplacée la taxe d’habitation (TH) suite à sa suppression à 80% hormis, logiquement, par une refonte de la taxe foncière (TF) ? »

Cette question a désormais sa réponse, alors qu’elle n’était qu’une « fake news » dénoncée par En Marche il y a un an, puisque Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, travaille à la refonte de la taxe foncière qui suite à la suppression de la taxe d’habitation deviendrait de fait une « super-taxe foncière » incluant notamment une part variable selon les revenus.

Ce projet avait notamment été confirmé dès le 29 mars 2017 par Renaud Dutreil alors qu’il représentait Emmanuel Macron devant les Notaires de France. Il avait notamment dit :

« J’admets que sur l’immobilier dont la valeur est plus stable, dont l’assiette est moins sujette à des variations soit conjoncturelles soit liées à la valeur des biens, puisse être taxé comme c’est le cas aux Etats-Unis par une super-taxe foncière puisque c’est ce que va devenir l’ISF sous Macron. »

Et voici ce que Le Politique écrivait le 20 mars 2017 soit neuf jours avant :

« Ce projet pourrait être créé comme une part ou comme l’intégralité d’une nouvelle super-taxe foncière qui remplacerait l’existante à l’occasion tant de la transformation de l’Impôt sur la fortune (ISF) comme il existe actuellement que de la taxe d’habitation pour 80% des Français comme promis par Emmanuel Macron. »

Une fois de trop le déni remplace tout débat démocratique. Accusant quiconque s’interroge de distribuer des « fake news », En Marche dont notamment le compte Twitter « Macron Désintox » attaque n’importe qui s’autorise ce qui est inhérent à toute démocratie à savoir le débat d’idées.

Exprimer quelque scepticisme quant à l’impossibilité évidente – il suffit de consulter les rapports de la Cour des comptes et d’étudier le budget de l’Etat – pour Emmanuel Macron de compenser la suppression de la taxe d’habitation par une promesse d’économie cinq fois supérieure à celle non concrétisée de son prédécesseur François Hollande peut vous valoir l’accusation diffamatoire et scandaleuse d’être « d’extrême droite ».

Nous rappelons donc à En Marche que la France est une République dans laquelle un citoyen a le droit inaliénable et constitutionnel de s’interroger, de décortiquer et même de critiquer une politique ou un projet politique. De même que souligner les lacunes ou les incohérences d’une parole politique par rapport à la réalité constatée est non seulement autorisée mais encouragée dans le cadre démocratique de la Liberté d’expression et de la presse.

L’exemple le plus flagrant ces derniers jours concerne le pouvoir d’achat. Gérald Darmanin affirme qu’ « absolument aucune augmentation de taxe foncière ou de CSG n’est prévue. En revanche la baisse de la taxe d’habitation arrive en octobre, + 170€ de pouvoir d’achat en moyenne pour 80% des foyers français. »

Oubliant donc la hausse manifeste de la CSG pour les retraités, le ministre a semble-t-il également oublié la hausse des taxes sur l’essence et le diesel le 1 janvier 2018 qui occasionnera en moyenne une baisse de – 680€ de pouvoir d’achat par an et par véhicule.

Dès lors, une simple soustraction en partant du postulat que l’affirmation de Gérald Darmanin est exacte montre une perte annuelle de – 510€ au moins de pouvoir d’achat rien qu’à cause de la hausse vertigineuse des taxes sur les carburants. Poursuivant dans un déni qui ne trompe personne, et surtout pas la majorité des Français qui constate une baisse notable de leur pouvoir d’achat, Macron Désintox s’est outrageusement permis d’accuser Virginie Calmels, première vice-présidente des Républicains (LR), de « mentir ouvertement en disant que les retraités n’auront aucune compensation sur la hausse de la CSG. »

Affirmant non seulement que 40% des retraités ne sont pas concernés par cette hausse – il en reste tout de même 60%…, Macron Désintox se prend littéralement les pieds dans le déni en ajoutant que « la hausse sera compensée pour beaucoup par la suppression de la taxe d’habitation. »

Deux conclusions donc. D’abord, si la hausse de la CSG sera compensée par la suppression de la taxe d’habitation alors contrairement à ce qu’affirme Gérald Darmanin et au mieux, il n’y aura certes pas de perte de pouvoir d’achat mais surtout pas de gain. Ensuite, et c’est là qu’En Marche se trouve dans une situation de déni inquiétant, qu’est-ce qui compensera donc la suppression de la taxe d’habitation ?

Cette question, nous la posons depuis mars 2017 et jamais En Marche n’y a répondu hormis que par une vague et virtuelle « promesse d’économies ». Seulement les rapports de la Cour des comptes sont limpides, la dette publique augmente et lesdites économies promises sont tout simplement illusoires.

Ce n’est d’ailleurs qu’au prix d’une réduction dramatique des remboursements de la sécurité sociale, d’une hausse de la fiscalité des carburants, des résidences secondaires, des amendes de la circulation routière ou encore du prix du contrôle technique que quelques économies seront concrétisées, loin de l’objectif nécessaire pour compenser ladite suppression de la taxe d’habitation.

Au final et sous couvert d’un cadeau véritablement empoisonné qui a donné à En Marche tous les pouvoirs ou presque, devez-vous vous féliciter au mieux de payer toujours autant pour avoir moins voire de payer plus pour avoir moins. Se féliciter de ne pas créer de nouvelles taxes quand on augmente celles déjà existantes relève d’une grave lacune de compréhension et surtout d’un véritable mépris pour les citoyens qui travaillent et respectent les lois.

Pour conclure, rappelons à Macron Désintox et à ses affiliés qu’affirmer contre toute évidence de la réalité ne modifie pas pour autant la réalité. Qu’ensuite, en démocratie et en République, le citoyen a le droit de poser des questions, de débattre et même d’exprimer son désaccord.

Enfin, le président de la République est au service des citoyens et non l’inverse : c’est à lui de rendre des comptes devant ceux qu’il représente, tout « Jupitérien » qu’il soit. Aussi, ce systématisme à dénoncer tout débat démocratique comme une « fake news » dès lors que cela contrarie la majorité présidentielle est extrêmement inquiétant dans l’optique du projet de loi « anti-Fake News ».

Si ce dernier était appliqué, concernera-t-il donc ces affirmations (voir vidéo ci-dessous) d’Emmanuel Macron le 6 avril 2017 dans l’Emission politique sur France 2 ?

Lisez aussi : En Marche vers la « super-taxe foncière » variable !

Lisez aussi : Pourquoi votre Sécurité sociale est-elle en danger ?

Sources :

P.S. : Que vient faire Marine Le Pen là-dedans puisque le compte Twitter « Avec Marine » n’est pas celui de Marine Le Pen ?

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une réflexion sur « Pouvoir d’achat et taxe d’habitation, En Marche vers le déni ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *