Pourquoi votre Sécurité sociale est-elle en danger ?



Cet article est rédigé en 3 parties.

L’arrivée d’Emmanuel Macron et d’En Marche au pouvoir semble initier les Français à l’ultra-libéralisme sans les bénéfices ni la liberté qui compensent logiquement celui-ci. C’est en résumé l’accélération visible et dûment « assumée » d’une politique de restriction voire d’austérité engagée depuis bien avant l’arrivée à l’Elysée de l’ancien ministre de l’économie de François Hollande.

Dès 2016 par exemple fut actée une baisse sensible des remboursements des soins à domicile, occasionnant non seulement l’inquiétude des prestataires d’une filière en plein développement, notamment pour raisons démographiques, mais aussi et surtout bien des difficultés pour des personnes malades, dépendantes et leur famille.

Le remboursement pour des pathologies telles que l’insuffisance respiratoire, la nutrition artificielle, les apnées du sommeil, les perfusions ont été raboté de 4% à 10% écrivait alors FranceTVInfo citant l’exemple d’une petite fille de 16 mois qui, atteinte de malformations cardiaques et pulmonaires, nécessite un gros équipement à domicile – aérosol pour ses bronches et pompe à oxygène nocturne.

Double peine pour ses parents donc puisqu’en plus d’affronter de grandes difficultés concernant leur enfant, les indispensables outils à la survie de ce dernier sont désormais moins bien remboursés. Rebelote il y a quelques jours avec l’application selon France Bleu d’une loi déjà existante et n’autorisant que les spécialistes à prescrire des aérosols souvent essentiels pour les asthmatiques et autres patients victimes de divers maux respiratoires.

Ainsi, votre médecin généraliste ne pourra plus vous en prescrire si vous souhaitez être remboursé par l’assurance maladie. Cette mesure contraignante et potentiellement dangereuse inaugure la boîte de Pandore ouverte par le gouvernement d’Edouard Philippe en vue de réaliser des économies – initiative louable – en éradiquant les soins médicaux considérés comme « superfétatoires » ou « superflus » – véritable bombe à retardement doublée d’injustices potentielles probables.

> Lisez la deuxième partie.

Cliquez ici pour soutenir les publications de Le Politique.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *