Etes-vous favorable au droit de vote pour les individus incarcérés ?



Le projet de “refondation pénale” porté par le président de la République Emmanuel Macron et la garde des sceaux, ministre de la justice Nicole Belloubet vise à lutter contre la surpopulation carcérale en encourageant les solutions alternatives à l’incarcération pour les “petites peines”.

Les Républicains (LR), le Front National (FN), Debout La France (DLF) et Les Patriotes (LP) critiquent ce projet de façon unanime et le décrivent comme laxiste à l’instar de ceux de l’ex-ministre socialiste Christiane Taubira.

Dans ce contexte, Emmanuel Macron a proposé que les individus incarcérés aient le droit de vote, d’où notre question ci-dessous et à laquelle nous vous proposons de répondre. Aussi pouvez-vous partager ce lien afin que nous ayons l’échantillon de réponses le plus représentatif possible.

Sorry, there are no polls available at the moment.

Lisez aussi : Macron c’est Taubira ? Sa refondation pénale très critiquée

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

11 réflexions sur « Etes-vous favorable au droit de vote pour les individus incarcérés ? »

  1. dés l’instant où tu agis contre la société et contre les lois du pays
    , tu te mets hors la loi , donc tu n’as plus le droit de vote …………….SIMPLISSIME NON ? ……

  2. Seuls les détenus qui ont été spécifiquement condamnés à la déchéance de leurs droits civiques pour cinq ou dix ans, ainsi que les mineurs et les étrangers, n’ont pas le droite de vote. Il est ou votre problème avec la loi? Sondage débile, démagogie

  3. Le détenu qui n’a pas été définitivement condamné à la déchéance de ses droits civiques peut voter, physiquement ou par procuration.

    Dans les cas suivants, il peut obtenir auprès du juge d’application des peines une permission de sortir d’une journée pour aller voter :

    s’il a été condamné à une peine de prison inférieure ou égale à 5 ans,
    s’il a exécuté la moitié de sa peine si celle-ci était supérieure à 5 ans.

    Le lieu de vote (et donc la commune où doit être inscrit le détenu) dépend du temps de détention :

    s’il est détenu depuis plus de 6 mois dans la même prison, le détenu devra voter dans la commune où se trouve cette prison,
    s’il est détenu depuis moins de 6 mois dans la même prison, Le détenu pourra voter dans sa commune d’origine,
    si au cours de la même peine, le détenu a changé de prison, il pourra voter dans le dernier établissement fréquenté pendant plus de 6 mois.

    Dans les cas où il ne peut pas bénéficier de la permission de sortir, le détenu peut voter par procuration.

    Il doit s’adresser au greffe de la prison pour :

    qu’il demande qu’un officier de police vienne établir la procuration,
    et qu’il lui délivre un extrait du registre d’écrou pour justifier de son incapacité à se rendre à un bureau de vote.

    La validité de la procuration est limitée à un scrutin sauf exception.

    Source : service public
    https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1227

  4. Puisque des hommes politiques au casier chargé ont le droit d’être élu, il faut bien des délinquants pour les élire. Vu les statistiques, ils pourront former un parti majoritaire de plus de 24 %…….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *