Vers une mobilisation limitée des retraités le 15 mars ?



« Sur les pavés, les retraités » et ce dès le 15 mars 2018 pour une première « journée d’action » à l’appel de plusieurs syndicats, principalement de gauche. Ainsi la Confédération générale du travail (CGT) appelle à la mobilisation selon le mot d’ordre « retraités : ni privilégiés ni assistés ! » tandis que Force ouvrière (FO) invite plus sobrement à « réagir contre la baisse continue du pouvoir d’achat des retraités. »

A contrario et bien que déplorant que le gouvernement d’Emmanuel Macron « n’écoute pas l’exaspération des retraités qui ne sont pas des nantis, » la Confédération française des retraités (CFR) ne participera pas aux manifestations du 15 mars. « Même si elle partage le mécontentement qui s’exprimera, elle ne partage pas l’analyse des organisateurs de cette manifestation, » explique son président Pierre Erbs.

Contrairement à la CGT et à FO, la CFR n’a « jamais contesté l’augmentation de la CSG car elle concerne l’ensemble de la population » mais conteste que les retraités soient « les seuls à devoir payer une cotisation d’assurance maladie sur leurs retraites complémentaires et à ne pas pouvoir déduire de leur revenu imposable leurs cotisations d’assurance complémentaire santé. »

C’est donc un coup dur pour l’ampleur de la mobilisation puisque la CFR regroupe six fédérations d’associations soit près de 1,5 million de retraités.

« Clairement, la droite associative et même politique ne semble pas prête à manifester le 15 mars. C’est à la fois pertinent car pour être efficace, une mobilisation doit se fonder sur des revendications claires et réalistes mais c’est aussi un risque politique de voir la gauche syndicale, de Jean-Luc Mélenchon et de La France Insoumise (FI) représenter les retraités, » note Charles Rault, analyste et animateur de Le Politique.

Avec un bémol toutefois puisqu’en dehors des partis, nombre de retraités expriment leur souhait d’aller manifester le 15 mars et dates, lieux comme parcours sont distribués sur les réseaux sociaux par des internautes de toute tendance politique. L’absence de message clair de la droite en général au sujet d’une mobilisation des retraités pourrait cependant être interprétée négativement, surtout après qu’une majorité a voté pour Emmanuel Macron au printemps dernier.

La « révolution » des retraités, d’ores et déjà en ordre dispersée, semble donc plutôt mal engagée et si ces conditions perdurent alors Emmanuel Macron n’a guère à craindre. Déjà en septembre 2017, la mobilisation n’avait rassemblé que quelques dizaines de milliers de retraités « en colère ».

Lisez aussi : Après vos retraites, dites adieu à votre sécurité sociale ?

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

3 réflexions sur « Vers une mobilisation limitée des retraités le 15 mars ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *