En vérité, les Européens n’en peuvent plus de l’immigration !



Puisque dans le contexte de la lutte contre les « fake news » (1), seule la vérité et toute la vérité doit être dite et connue alors participons à la lutte en affirmant ce qu’une majorité écrasante d’Européens pense mais est délibérément privée de l’affirmer publiquement et dans les médias « traditionnels » (2) : « on en peut plus de l’immigration ».

Pas une journée, pas une émission, pas un « talk-show », pas une publication « de masse » sans le plaidoyer habituel en faveur de l’immigration et du « migrant » qui fuit « la guerre ». Après des années de gavage forcé telles des oies maltraitées, les citoyens européens n’en peuvent plus et surtout ne digèrent plus.

De mal en pis, ils votent « de plus en plus mal ». Après Marine Le Pen qui fait 34% au second tour de la présidentielle 2017, après Laurent Wauquiez qui écrase ses concurrents à l’élection des Républicains (LR), voici le tour des Matteo Salvini et autre Silvio Berlusconi qui volent la vedette sur un programme notoirement hostile à l’immigration.

Parce que les européens seraient d’horribles racistes qui n’aiment pas les étrangers ? Non, bien au contraire.

Mais parce que les européens ont compris que 90% des « migrants » sont des hommes qui ne fuient aucune guerre – l’ONU elle-même a fini par l’admettre (3), parce que les européens constatent que l’islamisme est une menace existentielle, parce que les européens ont déjà accueilli des millions de « migrants » avec une générosité exemplaire en échange principalement de plaintes, de quolibets et même parfois d’émeutes comme récemment à la Grande Synthe.

Les partis « anti-système » continuent de grandir à tel point qu’on peut se demander si ce ne sont pas les partis traditionnels qui sont désormais « hors-système. » En Autriche, en Pologne, en République tchèque, en Hongrie, en Slovaquie, en Italie, en France, en Angleterre et maintenant en Italie, les européens le disent par le vote : assez de l’immigration !

(1) Comme si la manipulation datait du Brexit et de l’élection de Donald Trump. Renseignez-vous sur  Vladimir Illitch Oulianov dit Lénine en 1917.

(2) Le terme politiquement correct pour dire « subventionné » c’est-à-dire payé par le travailleur que les médias ne supportent pourtant pas et affublent souvent du sympathique sobriquet « populiste ».

(3) La majorité des demandeurs d’asile en France en 2017 viennent d’Albanie, pays qui n’est pas en guerre mais est membre de l’OTAN.

Auteur : Jacques Dubuisson

Jacques Dubuisson est fonctionnaire à la retraite et s'intéresse aux problématiques sécuritaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *