Défiance et colère après la mise en examen de Marine Le Pen



Pour avoir publié en décembre 2015 et via son compte Twitter trois photos d’exactions commises par le groupe Etat Islamique (Daech), la présidente du Front National (FN) Marine Le Pen a été mise en examen.

Cette dernière visait l’animateur de radio Jean-Jacques Bourdin qui avait comparé le FN à Daech, un « dérapage inacceptable » qu’elle entendait dénoncer en montrant les horreurs perpétrées par le groupe islamiste, « Daech c’est ça. » Un mois avant, le groupe islamiste avait assassiné 130 innocents et blessé des milliers d’autres dans les rues de Paris et au Bataclan.

Le député Gilbert Collard (FN) a également été mis en examen pour les mêmes motifs que Marine Le Pen. Ils risquent tous les deux 3 ans de prison et 75.000 euros d’amende au motif de la diffusion d’un message à caractère violent incitant au terrorisme, pornographique ou de nature à porter atteinte à la dignité humaine lorsque ce message est susceptible d’être vu par un mineur.

Ces mises en examen ont provoqué un tollé au-delà même du FN et beaucoup estiment que si la loi était appliquée avec autant de sévérité pour tous, alors des centaines de milliers de comptes sociaux – et autant d’individus – devraient être jugés pour des faits similaires pour diffusion de propagande islamiste.

Rappelant que les médias n’ont pas hésité à diffuser la photo du petit Aylan retrouvé mort sur une plage et des photos des victimes dans la région bombardée de la Ghoutta en Syrie, Marine Le Pen (1) et ses partisans dénoncent un « deux poids deux mesures » qui ne tromperait personne et qui prouverait la visée politique de cette action judiciaire.

« En France, mieux vaut être un terroriste islamiste que Marine Le Pen. Le premier est choyé tandis que l’autre est persécutée. Le premier veut tuer la France, la deuxième veut la sauver, » commente ainsi un militant du FN sur Facebook.

C’est sur Twitter que les réactions (2) s’avèrent les plus virulentes et montrent que le FN reste une force politique puissante, surtout dans cette situation particulière qui voit beaucoup de Français pourtant pas partisans de Marine Le Pen estimer qu’une telle sévérité détonne par rapport à ce qu’ils perçoivent comme du laxisme pour des affaires pénales autrement plus graves.

Commentez ci-dessous et dites-nous ce que vous en pensez.

Lisez aussi : Après vos retraites, dites adieu à votre sécurité sociale ?

(1) Réaction de Marine Le Pen à sa mise en examen :

(2) Diverses réactions relevées sur Twitter :

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *