Le blitzkrieg médiatique contre Laurent Wauquiez a échoué



Avec 74% des votes, Laurent Wauquiez a incontestablement vaincu la concurrence dans la course à la présidence des Républicains (LR) en décembre 2017. Depuis, un flot ininterrompu de critiques a accueilli cette « droite de retour » dont Wauquiez annonçait « la nouvelle ère. »

Tensions, enregistrements clandestins, manœuvres, tout serait bon pour déstabiliser – ou tenter de déstabiliser – celui qui a décidé, avec l’assentiment de trois quarts des militants, de libérer la droite. Dans cette ambiance délétère présumée savamment et médiatiquement entretenue, les militants font fi des critiques acerbes et paraissent plutôt serrer les rangs derrière leur nouveau chef.

Même la « pulvérisation » téléphonique canardisée de Laurent Wauquiez par Nicolas Sarkozy n’aurait pas eu le moindre effet et encouragerait même des militants vétérans – pourtant sarkozystes « historiques » – à dénoncer l’emprise médiatique supposée « néfaste » âprement manigancée pour empêcher toute renaissance de la droite, « la vraie, l’assumée ».

Ainsi Alain Juppé, Dominique Bussereau ou encore Fabienne Keller « ne font plus partie de LR » de facto estiment nombre de militants qui se réjouissent majoritairement du « ménage » que la victoire de Laurent Wauquiez occasionne au sein d’une droite toujours déboussolée d’être majoritaire dans les idées mais défaite dans les urnes.

L’analyse des données disponibles est claire, le « Wauquiez Gate » bénéficie à Laurent Wauquiez.

Répondez à notre question internet : Laurent Wauquiez est-il plus fort après ses propos à l’EM Lyon ?

Auteur : Charles Rault

Charles Rault est spécialiste de l'information, fondateur de Le Politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *