Républicains (LR) et Constructifs, heureusement que le ridicule ne tue pas



Alors que la campagne pour l’élection à la présidence des Républicains (LR) bat son plein, tout devrait être fait pour que les adhérents du parti aient envie de s’y intéresser voire de s’y impliquer activement afin d’ouvrir dans les meilleurs conditions possibles une nouvelle page de l’histoire du parti.

Que nenni! Depuis au moins juin 2017 soit bientôt cinq mois, quelques « ténors » LR tergiversent sur le sort à réserver à ceux qui, se nommant « Constructifs », ont décidé de rejoindre le gouvernement et/ou de soutenir la politique d’Emmanuel Macron. Hier s’est donc tenue une nouvelle réunion du bureau politique qui, si elle a voté l’exclusion desdits Constructifs, n’a toutefois pas réuni le quorum nécessaire pour donner force juridique à sa décision. (1)

En pleine campagne interne donc, des membres du bureau politique ont jugé pertinent d’être absents pendant que tellement d’adhérents fulminent d’une telle inaction et comptent pour certains en prendre raison pour renvoyer leur carte rue Vaugirard.

A l’instar d’une Assemblée nationale où seule une poignée de députés – à peine un cinquième d’entre eux – a voté entre autres l’inquiétante suppression de la taxe d’habitation, certains « ténors » LR paraissent visiblement confondre deux défaites consécutives avec des victoires.

La survie même de LR est en jeu et ceux qui devraient tout faire pour s’en assurer ont déserté la ligne de front, suscitant une incompréhension profonde chez des adhérents déjà durement éprouvés et de plus en plus dans le doute.

Candidat à la présidence LR, Laurent Wauquiez estime dans une référence directe à Emmanuel Macron « qu’avec l’achat de quelques mercenaires, on cherche à déstabiliser ses adversaires (et que) c’est une profonde erreur de conception de notre démocratie. » Sa concurrente Florence Portelli « refuse de cautionner un lamentable exercice d’auto-humiliation collective » et renouvelle sa demande faite auprès des autres candidats de débattre sur l’avenir du parti et de la droite.

Daniel Fasquelle a quant à lui appelé « au courage » et s’est félicité d’avoir « obtenu la condamnation de ceux qui nous ont combattus (et qui) seront exclus. » Enfin, le benjamin des candidats à savoir Maël de Calan souhaite « vivement (que l’on) passe à autre chose et que le parti se concentre sur les problèmes des Français. »

Pour conclure et en attendant une nouvelle direction qui sera probablement synonyme d’ultime chance, Les Républicains (LR) sont à ce rythme En Marche… vers leur disparition et parmi les absents s’en trouvent probablement qui s’émeuvent de voir leurs adhérents partir vers d’autres formations politiques. La cause qui suscite l’effet ne saurait pourtant être plus évidente, mais malheureusement n’y a-t-il guère plus aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Chez LR en décembre, ce sera donc le sursaut ou le chaos

(1) L’article 24 des statuts des Républicains prévoit que si le quorum n’est pas atteint, un nouveau Bureau politique est convoqué et délibère sans condition de quorum. En conséquence, un Bureau politique se tiendra le mardi 31 octobre.

Auteur : Charles Rault

Charles Robert est analyste et s'intéresse aux questions internationales et politiques.

Une réflexion sur « Républicains (LR) et Constructifs, heureusement que le ridicule ne tue pas »

  1. Les “constructifs” sont des mercenaires manipulés par Macron qui les tiens avec la soupe qu’il leurs propose. C’est un nouveau piège tendu aux LR avec celui du Front National et comme pour ce dernier, Les Républicains n’arrivent pas à s’en affranchir une bonne fois pour toute, notamment en excluant purement et simplement, lorsqu’il était encore temps de le faire sans trop de bruit médiatique. Aujourd’hui ces tergiversations montrent que le parti ne sait pas prendre de décisions importantes et en ne le faisant pas, il ne se met pas en posture de diriger le pays dans le futur. En ce sens, l’élection prochaine du nouveau président des Républicains sera d’une importance capitale dans la mesure où il ou elle devra montrer de la fermeté, un cap clair et surtout savoir se séparer des membres qui seraient nuisibles à la bonne marche du parti. Dans ce cadre là, Mme Portelli le dit haut et fort depuis de nombreux mois, les “constructifs” doivent être exclus, mais malheureusement on entend très peu Mr Wauquiez sur le sujet, ce qui entretien encore une certaine confusion dommageable. Enfin, que ces derniers se méfient car Macron est réputé pour jeter sans ambages ceux qui ne lui sont plus utiles, ce qui arrivera tôt ou tard aux “constructifs”. J’espère alors que Les Républicains auront de la mémoire car on ne trahit pas les siens impunément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *