L’agitation de Mélenchon et Le Pen n’inquiète pas Macron



Ils étaient il y a encore peu de temps « en embuscade » et représentaient le danger politique le plus immédiat pour le nouveau président de la République Emmanuel Macron.

Tant Jean-Luc Mélenchon de la France Insoumise (FI) que Marine Le Pen du Front National (FN) ont tous les deux échoué jusqu’à maintenant à incarner la « seule véritable opposition » qu’ils ont revendiquée au lendemain de la large victoire de La République En Marche (LREM) aux élections législatives de juin 2017.


Les deux leaders politiques rencontrent au fond deux difficultés similaires, d’abord la déception qui suit l’espoir qu’ils ont suscité après certes leur progression mais aussi leur défaite qui a en partie démobilisé leurs troupes ; ensuite les divergences internes qui pour l’un éloigne Pierre Laurent et les communistes et pour l’autre divorce de Florian Philippot et de ses « patriotes. »

Malgré un contexte social favorable, Mélenchon comme Le Pen ne suscitent finalement qu’une adhésion populaire limitée par la crainte qu’ils paraissent susciter tant parfois leurs discours semblent décalés à l’instar du premier expliquant que « la rue a abattu les nazis, le plan Juppé et le CPE. »

Alors que s’ouvre la « révolte » des routiers, les deux concurrents pour le titre « d’opposant en chef » ont encore fort à faire pour espérer inquiéter Macron et défaire « le coup d’Etat social. »


Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Une réflexion sur « L’agitation de Mélenchon et Le Pen n’inquiète pas Macron »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *