Ambiance de feu rue de Solférino, les socialistes fêtent la rentrée



Les comptes de campagne de Benoit Hamon, ancien ministre et candidat du Parti Socialiste (PS) pour l’élection présidentielle 2017, enveniment une situation déjà extrêmement difficile au sein du parti ayant le plus souffert de la victoire d’Emmanuel Macron.

Accusé de « dérive financière » à cause de dépenses estimées « excessives » voire « somptuaires » au regard des 6,36% obtenus au premier tour, Benoit Hamon aurait menacé de « balancer » sur les finances des campagnes présidentielles précédentes de François Hollande et de Ségolène Royal.

Tandis que Julien Dray insiste pour qu’intervienne un audit des comptes de campagne 2017, le démissionnaire mais toujours en fonction premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis arroserait d’un peu de kérozène le flamboyant barbecue solférinesque en indiquant que trop de transparence sur sa gestion entrainerait une même transparence sur celle de ses prédécesseurs.

S’ils souhaitent plaire à Jupiter, les socialistes ne sauraient donc mieux faire.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *