Contre le terrorisme, l’Europe doit se protéger, pas se transformer



Depuis 2015, chaque semaine – voire chaque jour – connait son attentat terroriste. Même si une bonne part est désormais traitée comme de simples faits divers même si la majorité des citoyens a parfaitement compris la motivation extrémiste et terroriste de la plupart des « déséquilibrés » présumés, les politiques, experts et autres sociologues se bousculent pour proposer des solutions.

De la déradicalisation qui a couté une fortune alors qu’aucun véritable spécialiste du terrorisme et du renseignement n’en a jamais validé l’idée aux plots en béton qu’on installe un peu partout pour que l’on puisse encore se féliciter d’être « en terrasse », l’Europe traite probablement la problématique du terrorisme islamiste complètement à l’envers.

Nos gouvernements ont multiplié des mesures de sécurité dont l’efficacité s’est révélée très relative depuis 2015 tant les terroristes ont appris à contourner et à anticiper celles-ci et ont transformé peu à peu l’Europe en une sorte de grande prison à ciel ouvert où l’on peut vivre « libre » au prix exorbitant d’une réduction inquiétante des Libertés publiques, de l’aveuglement volontaire du politiquement correct obligatoire et de l’angoisse généralisée.

Les véritables mesures élémentaires qui auraient dû être prises immédiatement au lendemain du massacre perpétré au Bataclan incluant le rétablissement réel des frontières nationales et un moratoire sine die sur toute nouvelle immigration en provenance de zones évaluées « à risque » seraient autrement plus logiques puisque consistant à garder au maximum la menace à l’extérieur plutôt que d’avoir à la traiter à l’intérieur.

Quand bien même les mesures prises jusqu’à maintenant ont été globalement inefficaces au regard de leur coût-efficacité à tous les niveaux – budgétaires comme politiques et sociologiques – nos gouvernements persistent dans l’illogisme qui consiste à importer la menace chez nous et à conserver celle déjà installée plutôt qu’à la contenir voire à l’éloigner.

Il serait donc bénéfique que nos gouvernements lisent quelques livres antiques de stratégie qui leur apprendront que la maîtrise réelle du territoire est indispensable à toute sécurité nationale. Installer partout des blocs de béton et réduire les Européens au silence ainsi que leurs Libertés ne traitent qu’une partie des effets et non les causes.

A ce rythme, la « guerre » contre le terrorisme sera soit perdue soit durera si longtemps que l’Europe n’existera plus que comme simple désignation géographique.

Vous aimerez aussi :

Le lien entre psychiatrie et terrorisme n’existe pas

S’habituer au terrorisme est synonyme de défaite et de soumission

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *