Ignorant terrorisme et insécurité, Merkel persiste et signe



Après avoir ouvert les frontières européennes à des millions de migrants en 2015, la chancelière Angela Merkel persiste et signe (1) dans son opinion selon laquelle ce fut une bonne décision qu’elle reprendrait si c’était à refaire.

Sans donc aucun recul critique sur ce qui, dans les livres d’Histoire, pourrait bien être un jour considéré comme une faute historique, Angela Merkel réussit à souligner l’apport positif de cette migration massive à destination de l’Europe – et pour laquelle les peuples européens n’étaient ni préparés ni d’accords – sans jamais en relever les apports négatifs.

Il ne s’agit pas ici de dénoncer l’immigration en tant que telle puisque lorsqu’elle est légale, mesurée, modérée dans son nombre et dûment contrôlée, constitue-t-elle plutôt un apport positif. Mais lorsqu’une immigration massive, incontrôlée et illégale submerge un continent au point d’installer du terrorisme et une insécurité extrême dans un pays comme l’Allemagne – il y a encore quelques années si tranquille, peut-être est-il pertinent de s’interroger sur la nécessité d’en tarir les sources ou du moins d’en réduire le volume.

Dans bien des régions d’Allemagne ou d’Italie où l’on pouvait il y a peu déambuler sans crainte à toute heure, est-ce désormais impossible. Certains auront vite fait d’y voir un coupable parallèle entre immigration et insécurité, et donc de hâtivement dénoncer Le Politique sauf que sans bien sûr jamais user d’un tel amalgame imbécile, peut-on par exemple constater dans des rapports officiels que l’arrivée illégale massive d’individus masculins en Europe et dont l’identité n’est souvent même pas connue a suscité dans bien des endroits des problèmes qui n’y existaient pas auparavant.

Aveuglée par sa longévité politique et probablement réélue très bientôt, Angela Merkel préfère l’idéologie au réalisme, la posture à l’humanisme sincère. Entre des populations que l’Europe n’a pas les moyens d’accueillir et des Européens victimes de terrorisme et d’insécurité, Angela Merkel ne trouve rien de mieux que d’estimer tout cela formidable.

Dénoncer ensuite le populisme alors que ses propres décisions politiques l’accroissent toujours un peu plus relève soit de l’aveuglement volontaire soit de l’inconscience à l’exemple d’un pompier pyromane. A force de « progressisme » béat tandis qu’explosent terrorisme et insécurité, l’Europe se dirige vers des lendemains malheureusement et potentiellement terribles. Plaider l’ouverture totale et la paix à outrance, bougies en mains et John Lennon dans les tympans, quand des enfants meurent écrasés dans nos rues ouvre un vaste champ d’études pour la psychiatrie collective.

Le Politique est 100% indépendant, 0% subvention. Soutenez dès maintenant un média libre et de conviction qui vise à rééquilibrer le traitement de l’information politique en cliquant ici, merci.

Sondage

Sorry, there are no polls available at the moment.

Annotations

(1) Quand Merkel défend sa politique migratoire (Le Figaro, 28 août 2017)

Vous aimerez aussi :

Chers Allemands, calmez-vous, conseil d’un ami Français

Indications d’une menace terroriste élevée pour la rentrée

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *