Après l’agression de Laurianne Rossi, enfin la justice pour tous ?



L’agression de la députée de la République En Marche (REM) Laurianne Rossi, giflée par un homme de 63 ans, à Bagneux dans les Hauts-de-Seine a choqué tous les Français dont l’écrasante majorité rejette la violence en politique… et partout ailleurs.

En condamnant donc très fermement le geste inadmissible de cet ancien militant de la CGT (1) condamné en comparution immédiate à six mois de prison dont un mois ferme et incarcéré dans la foulée, les internautes n’ont pas manqué de remarquer – ce fut également le cas après l’agression de l’ex-ministre et ex-députée Les Républicains (LR) Nathalie Kosciusko-Morizet – combien l’intervention de la puissance publique est rapide quand la victime est un(e) élu(e) de la République.

Non pas qu’ils le reprochent mais ils souhaiteraient ardemment que ce soit aussi prompt et sévère pour toutes les victimes et pas seulement pour celles qui, pour la plupart, vivent déjà dans un environnement privilégié bien à l’abri des péripéties quotidiennes de la majorité des citoyens.

« La justice est très prompte quand il s’agit d’un ‘élu du peuple’, surtout s’il s’agit d’un élu du parti gouvernemental, » estime un internaute en commentaire d’un article publié par le quotidien Le Figaro tandis que « condamnation rapide, incarcération, je constate que la justice n’a pas besoin de moyens quand il le faut. La monarchie a été rétablie, » ajoute un autre.

Face à l’expansion partout sur le territoire national d’une insécurité de plus en plus violente aggravée par une législation inadaptée qui interdit quasiment toute possibilité de se défendre ou de protéger sa famille même contre les pires infractions, les Français rejettent autant la banalisation de la violence que le « deux poids deux mesures » qu’ils perçoivent dans la façon dont la justice traite les délits et les crimes.

La jeune femme défigurée dans le 15ème arrondissement pour avoir refusé les « avances » d’un inconnu ou les familles entières terrorisées dans certains quartiers de Sartrouville auront-elles droit à une même mobilisation des moyens de l’Etat et à une aussi forte condamnation de la part des politiques ? Selon ceux qui commentent l’actualité sur les réseaux sociaux, ce serait très improbable.

(1) Dont le nom n’est pas connu contrairement à l’agresseur de NKM.

Auteur : Le Politique

Le Politique publie divers articles destinés à susciter le débat politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *